/24m/transports
Navigation

Un groupe de citoyens demandera un moratoire sur le REM

Un groupe de citoyens demandera un moratoire sur le REM
Zacharie Goudreault / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un regroupement de citoyens demandera officiellement au gouvernement Legault un moratoire sur le projet de Réseau express métropolitain (REM).

La demande visera spécifiquement la branche Deux-Montagnes du REM, qui remplacera en 2024 l’actuelle ligne de train de banlieue. Le chantier causera l’interruption pendant quatre ans de la liaison ferroviaire entre ce secteur et le centre-ville, ce qui cause de nombreux maux de tête aux résidents; certains ont même choisi de déménager ou de changer d’emploi en prévision de cette coupure de service.

Le Montréalais Robert Giguère, qui agit comme porte-parole du groupe citoyen, reconnaît que la ligne de train devait être remise à niveau, mais estime qu’il y avait moyen de le faire sans interrompre le service aussi longtemps, par exemple en faisant tout simplement l’acquisition de nouveaux trains.

M. Giguère aimerait qu’un comité soit formé pour évaluer de quelle façon la ligne de train Deux-Montagnes pourrait être mise à niveau sans être remplacée par le REM et interrompue pendant quatre ans. Il aimerait aussi que le comité étudie le concept même d’objectif de rendement du REM. La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), propriétaire du REM avec sa filiale Infra, a pour objectif de récolter un rendement annuel de 8% sur son investissement.

«C’est bien la première fois, à ma connaissance, que j’entends parler de faire un rendement avec un moyen de transport public. [...] On en vient à se demander si le REM sera au service des usagers ou si les usagers seront au service du REM», avance M. Giguère.

Soirée

Un comité formé de six personnes – dont M. Giguère – tiendra le 25 septembre une soirée de conférences et de témoignages, lors de laquelle la demande de moratoire sera officiellement faite.

Le Rassemblement de la dernière chance débutera à 19h30 au Club Social Héritage, à Deux-Montagnes.