/sports/soccer
Navigation

«Une qualification historique»

Le Kodiak de Charlesbourg luttera pour la première fois pour le titre national

KODIAK MASCULIN
Photo COURTOISIE Les joueurs du Kodiak de Charlesbourg ont célébré en grand l’obtention de leur laissez-passer donnant accès aux Championnats canadiens de soccer sénior.

Coup d'oeil sur cet article

La région de Québec sera bien représentée aux Championnats canadiens séniors de soccer qui auront lieu du 9 au 14 octobre à Saint-Jean de Terre-Neuve.  

Pour la première fois de son histoire, le Kodiak masculin AAA de Charlesbourg vivra l’euphorie de cette compétition après avoir battu Sherbrooke en finale, un club qui ne s’était incliné qu’une fois depuis le début de la saison.  

Si la région est une habituée de ce rendez-vous annuel, avec notamment sept participations du Royal-Sélect de Beauport depuis 2009, Charlesbourg en était à sa cinquième tentative pour l’obtention d’un laissez-passer.  

«C’est une qualification historique. On avait eu quelques occasions dans le passé [...] Ça fait du bien, surtout que j’ai des gars qui sont avec moi depuis longtemps. Ça devenait tannant de toujours voir les autres monter dans l’avion. Une fois que tu y goûtes, ce sera le niveau à atteindre chaque année», s’est exclamé l’entraîneur-chef Charles Harvey.  

Impact immédiat  

L’impact de cette victoire se fait déjà sentir en vue du recrutement de la saison 2020, comme quoi l’intérêt envers les équipes gagnantes est toujours plus élevé que la moyenne.  

«Ça aide. C’est toujours plus facile d’attirer des joueurs quand tu gagnes. Quand ils pesaient dans la balance, les gars savaient que Beauport avait toujours de bonnes chances d’aller aux championnats canadiens, mais du moment qu’on a franchi le cap, ils voient aussi que c’est possible à Charlesbourg et qu’on a une base solide de jeunes joueurs», a reconnu Harvey, qui vise un podium sur l’île terre-neuvienne.  

Selon lui, les succès répétés des clubs de Québec à l’échelle provinciale s’expliquent par plusieurs facteurs.  

«Le fait qu’il y ait plus d’équipes de la PLSQ (Première ligue de soccer du Québec) à Montréal affaiblit certains clubs dans certains coins. De notre côté, on a aussi donné des joueurs au Dynamo [de la PLSQ]. On a toujours eu de bonnes équipes au niveau sénior, où nos jeunes continuent à jouer de façon plus sérieuse. Il y a l’encadrement qu’on offre et le professionnalisme, qui est parfois beaucoup mieux. Et on a toujours de bonnes équipes à Garneau et au Rouge et Or», a détaillé celui qui dirige aussi les Élans au niveau collégial.  

Beauport chez les filles  

Du côté féminin, le Royal-Sélect, invaincu en 19 sorties cette année, défendra les couleurs du Québec pour la cinquième fois. Les filles de Samir El Akkati avaient rapporté le bronze, l’an passé.  

«C’est la logique pour nous d’y participer, mais ce n’est pas aussi facile que les gens peuvent le prétendre. C’est un groupe d’adultes, elles vont à l’école, travaillent, partent en vacances. Il y a de la gestion humaine à faire», a rappelé l’entraîneur, qui en est à sa cinquième saison.