/qubradio
Navigation

Andrew Scheer ne peut pas gagner avec son équipe, selon Thomas Mulcair

Andrew Scheer ne peut pas gagner avec son équipe, selon Thomas Mulcair
Photo d'archives, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe autour d’Andrew Scheer pourrait mener les troupes conservatrices tout droit vers la défaite, prévient l’ancien chef néo-démocrate Thomas Mulcair, au premier jour de la campagne électorale fédérale.  

• À lire aussi: «Trudeau a quelque chose à cacher», selon Scheer  

• À lire aussi: Campagne sournoise en vue  

Ce dernier assure que le chef conservateur «ne peut pas gagner» s’il n’a pas changé son entourage après la controverse sur l’avortement qui lui a fait perdre des plumes au Québec.      

  

GP280

  

«Son staff lui a dit d’aller se cacher pendant huit jours, ce qui est une éternité en politique. Il a complètement perdu la crédibilité et c’est là où les libéraux l’ont dépassé totalement ici au Québec», a soutenu M. Mulcair, en direct à l’émission Dutrizac sur QUB radio, mercredi.      

«Ils [les conservateurs et les libéraux] étaient au coude-à-coude. Dans les régions où la CAQ a bien gagné, les conservateurs avaient de vraies chances», a insisté l’ex-politicien et analyste politique au microphone de Benoit Dutrizac.      

Pour M. Mulcair, tout a basculé lorsque Justin Trudeau est parvenu à dépeindre Andrew Scheer comme un «dinosaure social» sur les questions du mariage gai et de l’avortement.      

  

Thomas Mulcair
Photo d'archives, Agence QMI
Thomas Mulcair

  

Trudeau bien entouré  

Contrairement à son rival conservateur, Justin Trudeau, lui, est bien entouré. «Le problème pour Scheer, c’est que son équipe n’est pas bonne. L’avantage pour Trudeau, c’est qu’il a une équipe formidable», a-t-il affirmé.      

«M. Trudeau est tellement bien entouré, il a du monde tellement solide autour de lui en train de lui écrire ses lignes. Et M. Trudeau sait une chose: c’est de répéter ce qu’on lui a donné comme lignes. Et il le fait bien.»      

Or, pour Thomas Mulcair, qui prédit l’une des campagnes fédérales les plus sales de l’histoire, il ne faut pas sous-estimer le chef conservateur, qui peut se montrer dur et pugnace en campagne électorale.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions