/opinion/blogs/columnists
Navigation

Avantage Singh!

Le chef du NPD a livré le meilleur discours de lancement de campagne.

Avantage Singh!
Dominic Chan / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Voilà, les hostilités sont lancées... Un moment fort du jour du déclenchement des élections? Le discours de début de campagne du chef de parti...  

Pour le plaisir, mais avec grand intérêt, j’ai écouté et noté chacun des discours des chefs du Parti libéral, du Parti conservateur, du NPD et du Bloc québécois. Désolé pour les verts, je n’ai pas entendu, en direct, celui de la cheffe Elizabeth May.   

  

Avantage Singh!
Photo Taïeb Moalla

Le vainqueur... Jagmeet Singh!  

9 / 10  

J’ai beaucoup aimé la fougue et le contenu du discours du chef du NPD. Sans trop s'éloigner des sujets qui sont chers au parti; les inégalités sociales, la lutte contre l’hégémonie des multinationales et de leurs lobbys sur les gouvernements (les pharmas, Singh en a parlé beaucoup) et la défense des moins nantis, Singh a bien amorcé la campagne. Un discours réussi.    

Une voix assurée, un rythme pas trop rapide, une maîtrise des thèmes abordés et, belle surprise, des passages en français bien livrés, sans trop d’hésitation ou de redites, des phrases courtes, bien livrées.    

Petit aparté tout personnel à propos de sa «singularité» (je traduis de l’anglais), soit le port du signe religieux. Il s'est bien expliqué à ce sujet en misant sur la lutte à la différence, quelle qu’elle soit. Toutefois, il est hasardeux de comparer l’adhésion, volontaire, à une religion et l’orientation sexuelle... mais bon.    

Jagmeet Singh s’est aussi très bien défendu en mêlée de presse. Ses attaques contre Justin Trudeau, notamment celle où il évoquait le lien très (trop) proche entre le lobby pharmaceutique et le gouvernement Trudeau (plus de 800 rencontres depuis l’élection de 2015!) a marqué.    

  

Avantage Singh!
Photo d'archives, Simon Clark

Bon 2e: Yves-François Blanchet  

8 / 10  

Le chef bloquiste n’a pas réinventé la roue, mais il n’a certainement pas trébuché non plus. Fin tribun, il a livré son discours avec l’assurance qu’on lui connaît. Il a certainement marqué des points (et les esprits) par sa longue énumération des doléances que le Québec doit revendiquer devant le fédéral. Certaines, de franches iniquités, comme la part de la Davie dans l’approvisionnement naval canadien.    

Surtout, Yves-François Blanchet a réussi à bien positionner le Bloc québécois sur deux axes: d’abord à titre de formation politique résolument indépendantiste... MAIS aussi en s’assurant que les nationalistes ou autres Québécois pour qui la défense des intérêts du Québec est primordiale, sans être des purs et durs de l’indépendance, puissent aussi se sentir à l’aise d’appuyer ce parti.   

Exit le positionnement de Martine Ouellet. Pour le meilleur, j’en suis convaincu. Petit oubli? Dans la définition par énumération du «nous», j’ai remarqué l’omission de Montréal... On a pourtant bien nommé les régions. Personnellement, je me serais assuré d’ajouter Montréal, ne serait-ce que pour appuyer les candidatures, intéressantes, des Simon Marchand, Claude André et Michel Duchesne.     

En réponse aux questions, Yves-François Blanchet a aussi été calme, mais assuré.    

  

Avantage Singh!
Photo �milie Bergeron

3e place: des conditions difficiles... rude matinée pour Justin Trudeau  

6 / 10  

À titre de premier ministre sortant, Justin Trudeau devait se prêter au jeu, solennel, de la visite chez la gouverneure générale afin de lancer, de manière officielle, la campagne électorale.    

Toutefois, sa matinée a été assombrie par une autre brique au dossier explosif de SNC-Lavalin. Le Globe and Mail en a rajouté une couche en laissant poindre la possibilité d’une enquête policière cette fois. Tout pour plomber le premier café du chef libéral.   

Aussi, ce discours de lancement de campagne n’était pas son meilleur. Moins d’assurance qu’à l’habitude, des phrases creuses, surtout en français. Et ce manichéisme, franchement insultant pour l’intelligence du citoyen, entre les «bons libéraux» inclusifs qui prennent soin de la population et les «méchants conservateurs»... de Harper!    

Oui, oui, Justin Trudeau entend, semble-t-il, ramener le spectre de Harper comme argument électoral. C’est que 2015 s’est joué là-dessus, pas certain que ce soit une stratégie gagnante.   

Surtout, la période de questions a été pénible pour Trudeau. Réponses évasives, quand pas complètement en dehors du sujet (sur SNC-Lavalin) et ce «pour l’instant» sur la question de la laïcité afin de tenter de masquer le réel engagement du PLC et du PM dans ce dossier... oui Justin Trudeau sautera dans le premier train qui lui permettra d’attaquer la loi 21. Mais seulement après l’élection.    

Autant l’assumer maintenant.    

  

Avantage Singh!
Photo d'archives, Didier Debusschère

Mauvais casting: Andrew Scheer, bon dernier...  

5 / 10  

Quelle mauvaise décision que de placer le chef conservateur Andrew Scheer dans l’inconfortable position de livrer en français la majorité de son discours de lancement de campagne, diffusé à la radio et à la télé «nationale».    

C’était imbuvable. Même en livrant un texte scripté, les difficultés du chef conservateur dans la langue de Molière ont pris le dessus. C’était parfois malaisant. Accents toniques mal placés, intonations déficientes, erreurs de diction fréquentes, ça devenait parfois difficile de seulement comprendre le propos.    

On a senti Andrew Scheer beaucoup plus assuré lors des quelques trop rares passages en anglais. La dichotomie entre les deux parties du discours était frappante.    

Surtout que le chef conservateur avait le loisir de terminer le bal et l’avantage de pouvoir répondre à tous ses adversaires en plus du privilège d’avoir pu commenter les déboires du PM dans le dossier SNC-Lavalin le matin dans une autre conférence de presse largement diffusée.    

Aussi, la répétition franchement abrutissante «d’en mettre plus dans vos poches», promesse étayée de toutes les façons possibles, me donnait l’impression d’avoir affaire à un vendeur de chars usagés.    

Mais bon. Qui se souviendra de ces discours dans 40 jours? On le verra. D’autres répondront qu’on n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression.    

Et au Québec, Scheer n’est pas le plus connu de la gang...