/qubradio
Navigation

C’est «l’apocalypse dans le domaine du commerce de détail», selon un chercheur

Bloc commerce en ligne
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le commerce de détail continue de battre de l’aile au pays et on compare maintenant la crise à l’apocalypse.

Mercredi, en entrevue à QUB radio dans l’émission «Dutrizac», le chercheur et spécialiste du commerce de détail Jacques Nantel a expliqué que «les consommateurs sont toujours au rendez-vous», mais que les détaillants «ont de la difficulté», car les Canadiens «se tournent vers le commerce électronique».

Citant un article qu’il avait lu en 2013, M. Nantel mentionne que c’est «littéralement l’apocalypse dans le domaine du commerce de détail traditionnel».

ÉCOUTEZ l’entrevue du chercheur et spécialiste du commerce de détail, Jacques Nantel, sur QUB radio:

Le chercheur a signalé à l’animateur Benoit Dutrizac que l’une des raisons de la popularité montante du commerce électronique est qu’il est «beaucoup plus efficace du côté logistique».

La plus grosse erreur des détaillants québécois et canadiens au cours des 20 dernières années serait d’avoir fait comme si «le commerce électronique n’existait pas». Ainsi, on aurait «vraiment tardé à proposer des alternatives», ce qui expliquerait la «situation un peu précaire dans laquelle on est».

«Aujourd’hui, 50 % des produits et des services achetés par les consommateurs et consommatrices au Québec sont achetés sur des sites américains», a poursuivi Jacques Nantel.

Le spécialiste du commerce de détail est d’avis que «les boutiques ne disparaîtront pas», mais il faudra qu’elles s’ajustent.

Avec la popularité des achats en ligne, ce ne serait pas nécessaire «d’avoir une centaine de magasins qui, en principe, vont tous tenir les mêmes inventaires», a-t-il conclu.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions