/sports/football
Navigation

Dossier Antonio Brown: Bill Belichick avare de mots

Dossier Antonio Brown: Bill Belichick avare de mots
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’entraîneur-chef des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Bill Belichick, avait peu à dire aux journalistes, mercredi, à propos du receveur de passes Antonio Brown, accusé de viol par son ancienne entraîneuse.

• À lire aussi: Antonio Brown accusé de viol

En conférence de presse, l’instructeur a confirmé la présence du joueur étoile à l’entraînement du jour, sans préciser davantage. Aussi est-il impossible de dire si Brown disputera le match de dimanche contre les Dolphins de Miami.

«Au sujet de la situation d’Antonio, lui et ses représentants ont diffusé des communiqués. Ainsi, je n’élaborerai pas sur cela. [...] Nous avons analysé le tout et nous prenons ça au sérieux, au sein de toute l’organisation. Je suis certain qu’il y a toujours des questionnements, mais je ne discuterai pas de cela», a dit Belichick.

L’agent du vétéran, Drew Rosenhaus, ne s’est guère montré plus loquace lors d’un entretien accordé au réseau ESPN. Son client a toutefois l’intention de coopérer avec les différentes entités concernées.

«Je ne réaliserais pas cette entrevue si je ne croyais pas Antonio, a dit Rosenhaus. Ces allégations sont fausses. Il nie chacune d’entre elles. Je suis certain que son équipe légale le prouvera.»

«Je lui ai conseillé de laisser la vérité éclater au grand jour, de se concentrer sur le football et de collaborer, a-t-il continué. Nous n’approuvons pas ce type de comportement et de conduite illégale. C’est une manœuvre pour soutirer de l’argent, selon moi.»

Les Patriots savaient-ils?

Brown a signé samedi après-midi avec les Patriots un contrat d’un an comportant une option pour 2020. Quelques heures auparavant, il avait été libéré par les Raiders d’Oakland, exaspérés par ses nombreuses frasques. Quand on lui a demandé si les «Pats» étaient déjà au courant de la possibilité d’une poursuite judiciaire contre le receveur éloigné, Rosenhaus a refusé de répondre.

«Je n’aborderai pas cet aspect. Je ne parlerai pas de mes discussions avec les Patriots ou d’autres sujets ayant été traités et pouvant l’être», a-t-il déclaré.

Mardi, le quotidien New York Times rapportait que Brown était poursuivi par Britney Taylor pour trois agressions sexuelles commises entre juin 2017 et mai 2018. De son côté, la NFL a ouvert une enquête et des sanctions pourraient suivre.

Ces problèmes s’ajoutent aux multiples ennuis de l’athlète de 31 ans qui a notamment eu maille à partir avec le directeur général des Raiders, Mike Mayock, pendant le camp préparatoire.