/sports/soccer/impact
Navigation

Les Finlandais de l’Impact font la paire

Les Finlandais de l’Impact font la paire
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Lassi Lappalainen et Jukka Raitala ont retrouvé leurs coéquipiers, mercredi, après avoir disputé deux matchs qualificatifs pour l'Euro 2020 avec leur équipe nationale.

Les deux Finlandais espèrent aider le Bleu-Blanc-Noir à se tailler une place en éliminatoires même si la tâche s'annonce difficile.

Avec seulement quatre rencontres de MLS à jouer d’ici la fin de la saison, l’Impact (11-15-4) est actuellement exclu du portrait en vertu de sa huitième place dans l’Association de l’Est, à deux points du septième rang détenu par le Revolution de la Nouvelle-Angleterre (10-10-9).

Les deux compatriotes abordent ce dernier droit avec optimisme. «Je veux marquer des buts. Si Jukka amène à Montréal sa fiche parfaite avec l’équipe nationale et que je marque des buts, ce sera quatre victoires faciles pour l'équipe, a indiqué Lappalainen. Je pense que si nous en gagnons trois et que nous obtenons une nulle, nous allons nous qualifier.»

«Tout est une question de confiance à ce niveau, a renchéri Raitala. Si on ne concède aucun but, ce sera plus facile de gagner. Défensivement, le dernier match a été difficile.»

Une complicité évidente

L’amitié entre les deux athlètes s’est développée au fil des semaines. Depuis ses débuts avec l'Impact en juillet, Lappalainen peut compter sur le soutien de Raitala.

«J’étais ici depuis déjà un an et demi et je joue à l'étranger depuis 10 ans, tandis que c'était la première fois pour lui. Je sais ce que ça implique, car j'avais le même âge quand je suis parti, a rappelé Raitala. Dès la première journée, je lui ai dit que je serais là pour lui s'il avait besoin de moi. Mais je dois aussi lui laisser de l'espace.»

«Au début, j'avais besoin de lui, car je suis une personne plutôt réservée et ce n'était pas facile de m'intégrer. Mais aujourd’hui, j’ai des amis ici.»

Le jeune homme de 21 ans semble maintenant prêt à voler de ses propres ailes.

«Je me suis bien intégré. J’ai quelques amis. Et ça m'aide de ne pas toujours avoir à te parler, Jukka!» a lancé Lappalainen.