/world/europe
Navigation

Trafic toujours perturbé pour British Airways après la grève de ses pilotes

Trafic toujours perturbé pour British Airways après la grève de ses pilotes
AFP

Coup d'oeil sur cet article

British Airways se relevait difficilement de deux jours de grève massive de ses pilotes qui menacent d’amplifier leur mouvement faute d’entente sur les salaires, au risque d’endommager les comptes et la réputation de la compagnie aérienne.

Les pilotes ont mené lundi et mardi la première grève de leur histoire, ce qui a largement désorganisé la compagnie britannique historique et lui compliquait encore la tâche mercredi, retardant le retour à la normale pour les vols.

« Compte tenu de la complexité de notre organisation au niveau mondial, il va falloir un moment pour que notre programme de vols rentre dans l’ordre », a déclaré un porte-parole de la compagnie.

British Airways (BA) a par conséquent été contrainte d’annuler 10% de ses vols mercredi, soit plusieurs dizaines sur les 850 assurés quotidiennement pour l’essentiel depuis les aéroports londoniens de Heathrow et Gatwick.

BA explique qu’environ la moitié de ses 300 appareils et plus de 700 pilotes devaient rejoindre leur base habituelle mercredi, ce qui ne permettait pas d’assurer tous les vols.

En outre, la grève des pilotes a entraîné des perturbations pour plus de 4000 membres du personnel de cabine dont certains ne pourront pas reprendre le travail avant plusieurs jours.

BA en profite pour présenter à nouveau ses excuses aux voyageurs, la grève ayant entravé les déplacements de plus de 200 000 personnes au total lors des deux derniers jours avec autour de 1600 vols annulés, soit la quasi-totalité.

Les passagers concernés se sont vus proposer des remboursements, un vol à une date ultérieure ou sur une autre compagnie.

Cette grève a donné lieu à des scènes rarissimes d’un terminal d’Heathrow presque vide à l’opposé de l’effusion traditionnelle.

Les ponts semblent quasiment coupés avec le syndicat de pilotes Balpa qui se félicite de son côté de la mobilisation de ses membres, dont 93% soit 4000 d’entre eux ont voté pour cette grève.

Balpa prie la compagnie de revenir à la table des négociations avec des propositions « significatives » afin d’éviter le troisième jour de grève prévu le 27 septembre.

Le syndicat avertit même qu’il pourrait durcir le mouvement et organiser de nouvelles journées de grève si BA refuse de discuter.

« Tout employeur raisonnable écouterait un message si clair, arrêterait ses menaces et se remettrait au travail pour trouver une solution », estime Brian Strutton, secrétaire général de Balpa.