/news/green
Navigation

Des cochons canadiens extrêmement nocifs pour l’agriculture inquiètent les États-Unis

Des cochons canadiens extrêmement nocifs pour l’agriculture inquiètent les États-Unis
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

La principale menace à la frontière entre le Montana et les prairies canadiennes n’est pas le trafic de drogues ou le terrorisme, mais bien le passage de cochons sauvages, une espèce qui peut s’avérer extrêmement nocive pour l’environnement.

Selon ce qui est rapporté dans le «Daily Inter Lake», de plus en plus de populations de porcs, qui causent déjà plusieurs dommages en Alberta et en Saskatchewan, se rapprochent des États-Unis.

«Plusieurs personnes disent que si nous avions à concevoir une espèce qui causerait le plus de dommages étendus possible, les porcs sauvages ne seraient pas si loin d’être l’espèce parfaite», a alerté Dale Nolte, responsable du programme du département américain de l’agriculture destiné à surveiller cette espèce.

Les cochons sauvages sont en effet reconnus pour se promener parmi les fermes et les forêts, laissant les lieux méconnaissables après leur passage tellement ils créent des dommages. Ils sont également porteurs de maladies, qui peuvent être très nocives pour l’industrie porcine.

Ils ont aussi la particularité d’être difficilement saisissables, comme ils viennent à se déplacer la nuit quand ils sont traqués.

Encore plus inquiétant: l’animal, qui pèse en moyenne entre 120 et 250 livres, se reproduit de manière exponentielle. Une femelle a environ trois portées tous les deux ans, à raison d’une douzaine de porcelets par portée.

Selon Ryan Brook, chercheur et professeur adjoint à l’Université de la Saskatchewan, il est peu probable que les États-Unis obtiennent l’aide des autorités canadiennes pour empêcher que cette espèce franchisse la frontière.

«L’absence de mesures sérieuses en Saskatchewan est la plus grande menace pour le Montana», a-t-il déclaré, accusant le gouvernement de la province d’être hostile envers la science.

L’Alberta est toutefois l’une des seules provinces canadiennes à avoir mis sur pied un plan pour contenir les porcs sauvages, a indiqué M. Brook.

Toujours dans le «Daily Inter Lake», on peut lire qu’une invasion à travers les États-Unis de ce genre de cochons pourrait coûter en dommages jusqu'à 2,5 milliards $US.