/news/politics
Navigation

Élection partielle dans Jean-Talon: Véronyque Tremblay ne sera pas candidate, assure Pierre Arcand

Élection partielle dans Jean-Talon: Véronyque Tremblay ne sera pas candidate, assure Pierre Arcand
Photo Marc-André Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

BROMONT | Sans exclure le retour de Gertrude Bourdon, le chef par intérim du Parti libéral du Québec (PLQ), Pierre Arcand, a mis fin la rumeur suggérant que l’ex-ministre Véronyque Tremblay puisse être candidate dans Jean-Talon.  

Rappelons qu’une élection partielle devra être déclenchée d’ici six mois après que le député Sébastien Proulx a annoncé son retrait de la vie politique.  

Depuis, plusieurs noms ont commencé à circuler, dont celui de Véronyque Tremblay, qui après sa défaite dans Chauveau le 1er octobre dernier, est devenue, au printemps dernier, la nouvelle directrice générale du PLQ.  

C’est d’ailleurs à Mme Tremblay que M. Arcand a confié la tâche de dénicher un ou une candidate en vue de l’élection partielle à venir, qui pourrait être déclenchée par François Legault après les élections fédérales du 21 octobre.  

Ce faisant, M. Arcand a fermé définitivement la porte à la possibilité que l’ex-ministre déléguée aux Transports soit sur les rangs pour succéder à M. Proulx.  

«J’ai entendu cette rumeur-là depuis une semaine, et je peux simplement vous dire que Mme Tremblay ne sera pas candidate dans Jean-Talon», a clarifié le chef parlementaire libéral, lors d’un point de presse au terme du caucus présessionnel de sa formation politique.  

Arcand «plus que confiant»  

D’entrée de jeu, M. Arcand s’est dit «plus que confiant» de réussir à conserver Jean-Talon dans le giron libéral, même si lors des dernières élections générales, l’écart entre M. Proulx et sa rivale caquiste, Joëlle Boutin, n’était que de 1300 voix.  

Interrogé par l’auteur de ces lignes sur la possibilité que Gertrude Bourdon soit candidate, M. Arcand s’est contenté de rire, comme l’ensemble de son caucus qui l’entourait. «Je vous dis que Mme Tremblay ne sera pas candidate dans Jean-Talon», a-t-il répété sur un ton amusé.  

En février dernier, notre Bureau parlementaire avait rapporté que M. Arcand avait mangé dans un chic restaurant de Québec avec Mme Bourdon, peu de temps après que M. Proulx a laissé planer la possibilité de ne pas compléter son mandat en tant que député. M. Arcand s’était limité à dire qu’il n’avait que sollicité l’implication de Mme Bourdon au sein des instances du parti.  

Quant à la rumeur voulant que l’attaché de presse du maire Labeaume, Paul-Christian Nolin ait été sollicité par le PLQ, «beaucoup de gens lèvent la main» a dit M. Arcand, sans vouloir confirmer quoi que ce soit.  

Contacté par notre Bureau parlementaire, M. Nolin a expliqué qu’on avait sondé son intérêt, sans toutefois lui présenter d’offre formelle.  

«Je suis toujours très heureux dans le travail que je fais auprès du maire», a-t-il souligné. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.