/entertainment/celebrities
Navigation

Ingrid Falaise passe un message important pour souligner la première de l’émission Le Monstre

Coup d'oeil sur cet article

 En marge de la première de la série Le Monstre, Ingrid Falaise en a profité pour véhiculer un message important à ses abonnés.

«On fracasse le silence sans retenue, sans censure. On ne rend pas joli. On ne masque pas. On ne fait pas semblant. Le Monstre n’est pas une fiction: c’est la réalité de milliers de femmes et d’hommes», a énoncé la comédienne.

Sur la photo accompagnant la publication, elle prend la pose aux côtés de la comédienne Rose-Marie Perreault, qui incarne le personnage principal.     

 

Elle continue en s’adressant à ceux et celles qui pourraient vivre en ce moment même une situation semblable : «Le pattern est exactement le même, peu importe le degré de violence. Il est possible que vous vous reconnaissiez, que mon histoire résonne chez vous. Des mains sont tendues, ne demeurez pas seuls avec ce secret. L’isolement est l’arme la plus forte des M de ce monde. Si vous avez besoin de parler, de vous confier, de dénoncer, sos violence conjugale est à l’écoute 24/24 7/7 1 800 363-9010.»

D’abord disponible sur ICI Tou.tv, la série a débuté hier soir, mercredi, sur les ondes d’ICI Télé. L’émission, adaptée du roman du même nom, roman écrit et présentant une histoire vécue par Ingrid, était sans contredit une des séries les plus attendues de l’automne par les Québécois.

C’est pourquoi la comédienne et auteure en a profité pour remercier le public, pour conclure son texte.

«Je vous remercie profondément d’accueillir ce pan de vie dans vos salons. Je vous l’offre en toute humilité, mais avec le profond espoir que nous élèverons les consciences. Sur cette photo, Rose Marie et moi nous tenons droites et dignes. Heureuses. Rayonnantes. Car oui, des ailes, ça repousse. Marchons la tête haute et les épaules fières», a-t-elle insisté.    

 Juste avant la diffusion de l'émission, la maman du petit Émil a également publié une photo avec son conjoint, Cédrik Reinhardt.