/24m/outings
Navigation

La rentrée culturelle à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l'automne est à nos portes et que les écoles sont maintenant pleines, le 24 Heures vous propose quelques sorties culturelles pour meubler vos soirées à venir.

Tour d'horizon de quelques activités prévues dans la métropole qui sauront plaire à tous les styles et à tous les agendas.

 

Lancement de La belle époque de La Verdine

Le groupe basé à Montréal qui se distingue pour son jazz manouche lancera ce week-end son album La belle époque.

« Nous voyons cette soirée de lancement comme une célébration musicale, nous allons jouer notre album et présenter également des pièces traditionnelles tsiganes. Pour cette occasion, nous avons invité deux solistes de renom dans ce style, Damien Levasseur à la guitare et Coline Rigot au violon. Cette soirée sera profondément éclectique, comme notre album et de belles surprises musicales seront au rendez-vous », indique Raphaël-Tristan Jouaville, violoniste de La Verdine.

Dans cet opus de huit compositions originales, on retrouve des références variées qui représentent bien la formation.

« Pawn Sacrifice est un hommage à Bobby Fischer, grand joueur d’échecs américain. La belle époque est le nom de la cabane à sucre dans laquelle nous avons enregistré notre premier clip vidéo, c’est aussi un hommage à la grande période de paix et de renouveau artistique du début du 20e siècle en Europe. Le Boléro est un hommage à la musique de Maurice Ravel », explique le musicien.

La formation a enregistré la bande magnétique avec des micros à rubans ce qui apporte à l’album une belle authenticité.

  • Le spectacle-lancement de La belle époque aura lieu demain au O Patro vys à 20h Les Montréalais pourront également voir La Verdine au festival OFF Jazz le 11 octobre à 17h au Café Résonance.

 

Festival Stop Motion Montréal

Le premier festival au monde à se consacrer aux films créés en animation en volume fondé en 2009 continue de grandir. Pour cette nouvelle édition sous le thème « Le stop motion à l’ère du numérique », le festival Stop Motion Montréal s’installera au Cinéma Moderne en plus des habituels locaux de l’Université Concordia.

« Le thème de cette édition célèbre les nouvelles techniques de l’animation en volume. Alors qu’à ses débuts, le stop motion était plutôt utilisé pour réaliser des effets spéciaux (comme dans King Kong, 1933), il s’est transformé pour devenir un médium en soi créant de sublimes oeuvres (L'Étrange Noël de monsieur Jack, 1993) », explique Marie Valade, codirectrice de l’événement.

D’ailleurs, Phil Tippett, qui a travaillé sur les effets spéciaux de Star Wars, Jurassic Park et Robocop, sera l’un des conférenciers invités. Il a été témoin de l’évolution de cet art, lui qui a créé sa propre série, Mad God, faite entièrement d’animation en volume.

En plus des conférences, pas moins de 80 films seront présentés durant le festival. « L’équipe de programmation a eu droit à quelques sélections unanimes, dont Coeur

Fondant de Benoît Chieux, une ode à l'amitié, et Poustet Draka de Martin Smatana, un film évocateur sur le deuil d'un être proche, faisant tous deux partie de la compétition des films jeunesse », lance Mme Valade qui souligne aussi Disco Still Sucks et Deady Fready comme œuvres à voir.

 

Début de la saison 2019-2020 d’improvisation

Plusieurs ligues d’impro de Montréal entameront prochainement le début de leur saison. Elles sont bien évidemment trop nombreuses pour qu’il nous soit possible ici d’en faire une liste exhaustive, mais nous vous en présentons tout de même quelques-unes.

Parmi elles, la Petite ligue d’improvisation classique (PLIC) présentera ses premiers matchs de la saison régulière le dimanche 22 septembre au bar Le Vestiaire à 20h. L’ensemble des matchs auront lieu les dimanches.

« Comme ligue, on se distingue par la façon dont on va pouvoir voter cette année. En mixte, on demande au public si le spectacle a bien été, si l’impro s’est bien passée. Si c’est le cas, la foule donne le point aux deux équipes, si non aucune des deux équipes n’aura de points. Dans les mixtes, ça te force donc à faire une belle impro, et non pas juste à essayer de gagner un point de ton bord », explique Mathieu Paré, un des deux capitaines avec Julien Morand de l’équipe des bleus.

Quatre équipes s’affronteront tout au long de la saison, à savoir les rouges, les bleus, les jaunes et les verts, une saison qui marque le 20e anniversaire de la ligue cette année.

« Est-ce qu’elles auront des noms ? Probablement. De notre côté, Julien et moi on pense que les bleus on va les appeler “Something Blue”, étant donné qu’on fait bien des jokes sur notre bromance depuis 3 ans », poursuit le capitaine, un sourire aux lèvres.

Parallèlement, la ligue La Limonade débutera sa saison le mardi 24 septembre au bar Le Cocktail à 20h. Les matchs auront lieu tous les mardis.

La ligue La Gailaxie débutera la sienne le dimanche 15 septembre à 19h30 au Cabaret-Spectacles Mado. Les matchs auront lieu tous les dimanches.

Début de la saison :

  • La Gailaxie : dimanche 15 septembre à 19h30 au Cabaret-spectacles Mado
  • La Petite ligue : dimanche 22 septembre à 20h au bar Le Vestiaire
  • La Limonade : mardi 24 septembre à 20h au bar Le Cocktail

 

Lancement de l’album Temple O de SHPIK

Le groupe montréalais SHPIK lancera en septembre son nouvel album intitulé Temple O, trois ans après son premier opus Fabulation. La formation, composée des membres Arnaud Spick-Saucier au piano, Etienne Dextraze à la basse, Philippe Lussier-Baillargeon aux percussions et Alex Dodier au saxophone et à la flûte, propose un son bien original, où le rock progressif se jumèle à des rythmes et des couleurs plus jazz. Le résultat échappe à toute catégorisation trop réductrice selon eux.

« Personnellement, quand je compose, je ne me demande pas quel style je suis en train de faire, je compose simplement une mélodie que j’ai envie d’entendre, indique Arnaud Spick-Saucier, également compositeur du groupe. Ça a évolué un peu depuis le premier album, mais on reste quand même dans le jazz, avec beaucoup d’influence de la musique de film et du rock progressif. »

Initialement un trio, le groupe a accueilli en son sein le saxophoniste Alex Dodier, donnant au deuxième album beaucoup plus d’envergure.

« On a pu exploiter davantage l’aspect électro, les synthétiseurs, et travailler encore davantage le son. Ça donne un spectre sonore plus massif, plus large », poursuit le pianiste.

  • Le lancement-spectacle aura lieu le 24 septembre à 18h à la Sala Rossa. Entrée libre. L’album Temple O sera disponible en ligne et en magasin à partir du 20 septembre.

 

Festival International de la littérature

Le Festival international de la littérature fêtera ses 25 ans cette année et proposera tout au long de sa programmation des spectacles bien variés autour du monde de la littérature.

« La mission est très claire : L’objectif du festival, c’est de faire lire les gens, de faire découvrir des œuvres littéraires, indique Michelle Corbeil, directrice générale et artistique du festival. Pour ce faire, on peut utiliser la danse, le théâtre, le cinéma, même les arts technologiques. »

Plusieurs comédiens et comédiennes présenteront des mises en lecture au courant du festival, notamment les actrices Magalie Lépine-Blondeau, Pascale Bussière et Évelyne Brochu.

« Il peut y avoir des nouveautés, mais il peut aussi y avoir l’envie de faire redécouvrir certaines œuvres. À la hauteur de Grand Central Station, je me suis assise et j’ai pleuré d’Elizabeth Smart, le texte qui est lu par Magalie Lépine-Blondeau, c’est un texte qui a été traduit dans les années 1990 et qui est pour moi le plus beau roman d’amour qui existe au monde », poursuit la directrice artistique.

 

L’État

Mise en scène par Martine Beaulne à partir d’un texte de Normand Canac-Marquis, la pièce L’État met en lumière les difficultés que peut rencontrer un journal soumis aux pressions politiques. À l’approche des élections fédérales et alors que les médias québécois traversent une crise sans précédent, cette proposition arrive à point nommé.

« Quand il [Normand Canac-Marquis] m’a proposé ce texte-là, il y avait plusieurs choses qui m’intéressaient. Tout d’abord, son écriture, parce qu’il a un style particulier, mais aussi parce qu’il adressait la question du changement, de la difficulté d’oser compte tenu des bouleversements que ça peut engendrer, autant intimes que collectifs », indique Martine Beaulne.

La pièce, bien qu’elle s’enracine dans un contexte politique qui résonne beaucoup actuellement, cherche néanmoins à comprendre plus largement les mécanismes à la base de ce qui nous pousse ou non à vouloir changer, individuellement et collectivement.

« La pièce porte sur ce dilemme-là. Est-ce que l’on change ou non, autant dans notre vie personnelle que dans notre vie sociale et politique, jusqu’où on va dans nos convictions, poursuit la metteure en scène. J’aime quand le théâtre porte une parole du moment, concrète, et qui pose des questions philosophiques fondamentales que parfois on oublie parce qu’on est pris dans la vitesse du quotidien. C’est une profonde réflexion qui doit se faire. »

  • La pièce L’État sera présentée du 24 septembre au 12 octobre à la salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier

 

POP Montréal

Le festival qui réunit musique, art visuel, mode et conférences prendra son envol le 25 septembre.

« Nous essayons d'être imprévisibles et intéressants. Nous voulons être un festival qui est différent, mais pas trop sérieux et difficile à atteindre », lance Daniel Seligman, le programmateur de POP Montréal.

Quelques nouveautés attendent d’ailleurs les festivaliers. « Cette année, nous organisons deux BBQ dans le skate parc sous le viaduc Van Horne avec notamment The Saintes Catherines, Naya Ali, Debby Friday... Et c’est gratuit! Nous aurons aussi des shows secrets annoncés la semaine du festival, pour les détenteurs de passes découvertes et aussi pour la première fois un parcours francophone avec Safia Nolin, Thierry Larose... », souligne M. Seligman.

Le programmateur avoue avoir bien hâte de voir plusieurs spectacles cette année, mentionnant entre autres Ian Isiah, qui a été proclamé roi du gospel par le Vogue, Tirzah, la relève du RnB anglophone, 47 Soul, un groupe qui mélange la musique du Moyen-Orient à l’électronique, Mavis Staples, la chanteuse qui a accompagné Martin Luther King ou encore la chanteuse néo-zélandaise Aldous Harding.

 

Tabarnak du Cirque Alfonse

La compagnie de cirque qui a été fondée par la famille Carabinier-Lépine dans Lanaudière présentera son plus récent spectacle, Tabarnak, à la TOHU cet automne.

Le Cirque Alfonse se base sur des thématiques québécoises pour créer. Cette fois, c’est l’église qui est au cœur de l’œuvre.

« Tabarnak a été créé dans la grange familiale chez mes parents à St-Alphonse-Rodriguez. On a pris trois mois intensifs tous ensemble. Pendant la création on habitait chez ma soeur. Tout le monde a mis la main à la pâte. Mes parents s'occupaient des enfants, ma mère nous préparait le dîner et c'est vraiment une création où tout le monde emmène des idées », raconte Antoine Carabinier Lépine.

Ce dernier promet un spectacle qui déménage. Les spectateurs y verront du main à main, de la barre russe, de la jonglerie avec encensoirs, de la perche, de la balançoire russe et du pain à roulette.

« On a trois musiciens live avec nous et la musique est un personnage en soi dans le spectacle. C'est vraiment un show multidisciplinaire où tout le monde touche à tout. Il n'y a pas vraiment de numéro solo ce sont des numéros de haute voltige de groupe et c'est vraiment le groupe qui fait la force de ce show! », lance le circassien.

  • Tabarnak sera présenté du 2 au 12 octobre à la TOHU