/24m/job-training
Navigation

Les objets les plus contaminés du bureau

Coup d'oeil sur cet article

Jessica Dostie – 37e AVENUE

 

Saviez-vous que le bouton de démarrage du photocopieur est porteur de quatre fois plus de microbes qu’un bol pour chien ? Pas étonnant qu’on attrape aussi facilement le rhume des collègues ! Petite tournée des objets dont on devrait peut-être se méfier.

Sur les poignées de porte

Dès notre arrivée au boulot, on se frotte à de multiples microbes. Une étude menée par le site internet hloom.com en effet que la poignée de la porte d’entrée du bureau contient 2,5 plus de bactéries que celle de la salle de bain à la maison, soit 545 UFC (une unité de mesure qui réfère au nombre de bactéries viables dans un échantillon donné). Leurs analyses de laboratoire, réalisées après la récolte de quelques échantillons dans des lieux de travail variés, ont montré que les poignées de porte des salles de conférence peuvent être elles aussi contaminées, mais dans une moindre mesure (9 UFC).

Dans les aires communes

C’est le bouton de démarrage du photocopieur qui remporte la palme d’objet le plus contaminé au bureau, toujours selon l’étude de hloom.com. Avec pas moins de 1 200 013 UFC détectées, ce bouton en compte quatre fois plus qu’un bol pour chien. Une raison supplémentaire d’économiser le papier en évitant d’imprimer tous nos documents, pas vrai ?

Sur les postes de travail

Au Royaume-Uni, plus de la moitié (55 %) des répondants à un sondage mené pour le compte de Canada Life Insurance Group affirmaient qu’ils iraient au boulot même atteints de la grippe. Il n’est donc pas surprenant qu’une autre analyse, réalisée par un microbiologiste de l’université de l’Arizona, ait trouvé plus de 25 000 micro-organismes sur des téléphones de bureau. Le clavier et la souris d’ordinateur ne sont pas en reste : ils contiendraient quelque 3 000 et 1 600 bactéries au pouce carré, respectivement.

Dans la cuisine

On trouve aussi énormément de bactéries dans les cuisines des bureaux. Et ce n’est pas toujours ragoûtant ! Par exemple, les cafetières testées par hloom.com étaient porteuses de 108 592 UFC, soit 34 fois plus que ce qu’on trouve sur le siège d’une toilette scolaire...

Quant à savoir s’il s’agit de bactéries qui peuvent vraiment nous rendre malades, il faudrait en savoir plus avant de se prononcer. On devrait peut-être se méfier davantage des tasses à café, surtout celles qu’on oublie sur son bureau pendant des jours et qu’on lave à l’aide d’une éponge pas toujours propre, l’analyse de l’Université de l’Arizona ayant déterminé qu’une sur cinq serait porteuse... de coliformes fécaux.

Hygiène 101

 

Y a-t-il lieu de s’inquiéter de tous ces microbes qui nous entourent au bureau ? « Il est tout à fait normal qu’il y ait des bactéries un peu partout », tempère Christian Baron, vice-doyen à la recherche et au développement à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Il suffit de respecter les règles d’hygiène de base, en particulier se laver les mains adéquatement, sans s’inquiéter outre mesure. « On n’a pas besoin de tout désinfecter, croit le chercheur. Pour moi, c’est le gros bon sens : on nettoie notre clavier d’ordinateur une fois de temps en temps, mais pas besoin de substances antibactériennes. Même chose pour les mains ; l’eau et le savon suffisent. »