/sports/hockey/canadien
Navigation

Plus gros plus fort

Jesperi Kotkaniemi a gagné une dizaine de livres

Jesperi Kotkaniemi s’est présenté au camp du Canadien avec une dizaine de livres de plus que l’an dernier.
Photo Martin Chevalier Jesperi Kotkaniemi s’est présenté au camp du Canadien avec une dizaine de livres de plus que l’an dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Jesperi Kotkaniemi a le même sourire, le même visage angélique. Il n’a pratiquement pas de barbe sur le menton, un phénomène assez normal pour un jeune homme de 19 ans. Mais il y a une différence frappante dans sa physionomie.

Le Finlandais a ajouté du muscle à sa charpente.

« Oui, j’ai pris un peu de poids et c’est une bonne chose, a raconté jeudi Kotkaniemi à sa sortie des examens physiques et médicaux au camp du Canadien. J’ai pris quelques livres. Disons une dizaine de livres. »

À 18 ans et à sa première saison l’an dernier avec le CH, le troisième choix au total au repêchage de 2018 faisait osciller la balance à 184 lb. Avec l’ajout d’une dizaine de livres, il frôlera donc les 200 lb. À ses yeux, c’était crucial de se renforcir physiquement.

« J’espère que les rivaux ne me lanceront pas autant dans les coins cette saison, a lancé Kotkaniemi en souriant. Ça devrait m’aider. Je bouge mieux, je me sens plus fort. »

L’entraîneur en préparation physique chez le CH, Pierre Allard, n’a pas sursauté en revoyant Kotkaniemi à son retour à Montréal.

« Il suit une progression normale pour un jeune joueur, a-t-il expliqué. C’est normal de le voir prendre du poids. Je n’ai pas encore les résultats de ses tests. Mais je m’attendais à le voir gagner de la masse musculaire. »

De l’amélioration

À pareille date l’an dernier, Kotkaniemi ne se destinait pas à ouvrir la saison comme troisième joueur de centre du Tricolore.

Le directeur général Marc Bergevin et son adjoint Trevor Timmins croyaient qu’il aurait besoin d’une autre saison en Finlande avant de s’établir dans la LNH.

Mais le jeune attaquant originaire de Pori a brouillé les cartes. Il a gagné son pari en obtenant un poste dès son premier camp avec le grand club.

Kotkaniemi a terminé l’année avec une récolte de 34 points (11 buts, 23 passes) en 79 rencontres. S’il s’agissait de chiffres honnêtes pour un aussi jeune centre, il reste critique de son rendement.

« L’an dernier, je dirais que c’était une saison O.K., sans plus. Il y a plusieurs endroits où je peux m’améliorer. Je dois m’améliorer tous les ans. La saison dernière, je n’étais pas toujours assez fort physiquement. Avec des livres en plus, je devrais mieux me débrouiller. »

Une étape de plus

Kotkaniemi fait partie du cœur des plans d’avenir de l’équipe. Il a le potentiel pour devenir le premier centre recherché depuis des lunes à Montréal. Mais à sa deuxième campagne dans la LNH, il ne devrait pas encore terroriser les gardiens adverses.

Une saison de près de 50 points représenterait déjà une croissance intéressante.

À Columbus, Pierre-Luc Dubois a amassé 61 points (27 buts, 34 passes) en 82 matchs l’an dernier. Il s’agissait d’une belle amélioration comparativement aux 48 points en tant que recrue.

Pourquoi l’exemple de Dubois ? Comme Kotkaniemi, il est aussi un troisième choix au total, mais en 2016. Contrairement au numéro 15 du CH, Dubois a fait son entrée dans la LNH à 19 ans. Il avait donc 20 ans l’an dernier quand il a atteint les 60 points.

Questionné sur ses visées pour cette saison, Kotkaniemi est resté vague.

« Je ne veux pas me placer trop d’objectifs personnels, a-t-il dit. Je ferai du mieux que je peux tous les jours. Et on verra ensuite. »

Artturi Lehkonen, qui a joué plusieurs matchs l’an dernier à l’aile gauche aux côtés de Kotkaniemi et de Joel Armia, s’attend à de belles choses de la part de son compatriote.

« Évidemment, il [Kotkaniemi] veut passer à une autre étape, a mentionné Lehkonen. Je crois qu’il sera prêt pour ce nouveau défi dans sa carrière. »

Pour devenir un centre plus dominant, Kotkaniemi aura probablement besoin de l’aide de Lehkonen, un ailier parfois énigmatique.

« Je devrais être plus constant cette année, a souligné Lehkonen. À mes trois premières saisons dans la LNH, j’ai traversé trop de périodes sombres. »