/news
Navigation

Sépaq: des avis de grève avant la reprise des négociations

Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a indiqué avoir reçu de nouveaux avis de grève, mercredi soir, une semaine après le rejet par ses employés syndiqués d’une entente de principe pour le renouvellement de leur convention collective.

Dans un communiqué, la Sépaq a déploré que ces nouveaux avis de grève lui soient parvenus «avant même que les discussions aient pu reprendre».

Ainsi, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a fait parvenir des avis de grève qui toucheraient, du 21 au 26 septembre, 14 réserves fauniques au Québec, ce qui inclut aussi le service de ventes et de réservations du siège social ainsi que l'Auberge Port-Menier.

«La Sépaq ne cache pas sa déception et son incrédulité face à cette approche cavalière qui va à l'encontre de l'attitude d'ouverture et d'écoute dont le processus de négociation devrait être empreint. La partie patronale entend poursuivre ses discussions avec le syndicat avec l'assistance du conciliateur afin de parvenir le plus rapidement possible à une entente négociée», a déclaré la société d’État par communiqué.

De son côté, le SFPQ a annoncé tôt jeudi matin que ces quelque 500 membres travaillant dans les accréditations visées «débrayeront en même temps, perturbant ainsi les activités de chasse».

Plusieurs centaines de groupes de chasseurs sont attendus dans les réserves, dont celle de l'Île d'Anticosti où de nombreux chasseurs ont déboursé des milliers de dollars en forfaits, tout comme les chasseurs d'originaux en plan américain dans plusieurs réserves fauniques.

La Sépaq a toutefois précisé que tous les établissements visés par les avis de grève resteront ouverts advenant un débrayage. Les opérations à effectif réduit risquent d'avoir un impact sur certains services ou forfaits. Une compensation sera appliquée à la facture des usagers advenant que leur séjour soit affecté, assure-t-on.

Rappelons que les employés syndiqués de la Sépaq se sont prononcés à 94 % en faveur du déclenchement d'une grève générale au moment opportun, et ils sont près de 60 % à avoir rejeté l’offre de la Sépaq mercredi dernier.

«La Sépaq doit maintenant bonifier son offre monétaire, jugée insuffisante par nos membres. Il n'est plus question pour eux de s'appauvrir année après année. Plusieurs de nos membres ne gagnent que 13 ou 14 $ par heure», a déclaré Christian Daigle président général du SFPQ.

Les réserves fauniques touchées par la grève sont  Anticosti, Ashuapmushuan, Chic-Chocs, Laurentides, La Vérendrye, Mastigouche, Matane, Papineau-Labelle, Port-Cartier-Sept-Îles, Port-Daniel, Rimouski, Portneuf, Rouge-Matawin, Saint-Maurice.