/sports/others
Navigation

Supercross de Montréal: le retour des légendes

Supercross de Montréal: le retour des légendes
PHOTO COURTOISIE/Supercross de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Carl Vaillancourt et Jean-Sébastien Roy font partie des légendes québécoises du motocross qui seront honorées samedi, au Stade olympique, dans le cadre du Supercross de Montréal. Un moment qui s’annonce riche en émotions et qui mettra bien la table pour cette compétition aussi spectaculaire qu’unique.

Les deux hommes rouleront sur la piste pour un tour d’honneur aux côtés des frères Gaby et Serge Grégoire, et de Marco Dubé, dont les carrières seront également soulignées.

«C’est un honneur, car j’ai toujours tripé sur l’événement», a lancé Vaillancourt, qui a pris sa retraite en 1995. «Ç’a toujours été l’événement annuel par excellence qui attirait la plus grosse foule. On pouvait racheter une saison dans le temps en allant courir au Stade olympique. [...] Juste avec le fait de conduire à nouveau mon ancienne moto, je vais être nostalgique.»

Jean-Sébastien Roy sera honoré samedi au Supercross de Montréal au Stade Olympique.
PHOTO COURTOISIE/Supercross de Montréal
Jean-Sébastien Roy sera honoré samedi au Supercross de Montréal au Stade Olympique.

Quintuple champion canadien entre 1991 et 1995, le Drummondvillois de 50 ans garde des souvenirs impérissables du Supermotocross de Montréal, qui a attiré des milliers de personnes entre les années 1970 et 2000.

«Ma plus belle victoire, c’était au Stade en 1994, a indiqué Vaillancourt. C’était la première fois qu’un Québécois y remportait une finale canadienne. C’était un des plus beaux moments. J’avais rêvé à ça toute ma vie.»

Retraité depuis 2008, Roy se souvient aussi de ses courses au stade comme des moments grandioses.

«Le fait d’être sur la ligne de départ, devant la foule qui crie ton nom et qui te soutient, restera marqué dans ma mémoire. Impossible de retrouver ça dans la vie de tous les jours», a reconnu le résident d’Acton Vale, qui a été champion canadien de 2001 à 2005.

Un retour définitif?

Roy et Vaillancourt espèrent de tout cœur que le Supercross de Montréal, qui est de retour pour une deuxième année après une absence de six ans, est maintenant là pour de bon.

«L’événement en tant que tel est légendaire. Je me fais parler de ça même quand je vais aux États-Unis. Il y a une vibe assez incroyable qui ne se reproduit nulle part ailleurs, a dit Roy, âgé de 45 ans.

«C’est sûr qu’un événement qui arrête pendant des années, ça prend un peu plus de vapeur pour le repartir. Mais c’est tellement unique. Il n’y a pas beaucoup de villes au Canada, même en Amérique du Nord, qui remplissent un stade avec de la terre, des bosses et du bruit. Les courses intérieures de motorisés, c’est plutôt rare et c’est spectaculaire.»

Vaillancourt abonde dans le même sens et espère que les gens se présenteront en grand nombre samedi pour assister au spectacle. «Le motocross est classé comme l’un des sports les plus difficiles depuis longtemps. Tu ne connais pas ça, et ça t’impressionne. C’est tout aussi spectaculaire pour le néophyte.»

En plus des courses de la série Triple Crown Rockstar Energy, qui rassembleront l’élite internationale du motocross, des courses d’autocross et de VTT seront au programme. Les spectateurs pourront également voir à l’œuvre Ben Milot, une sommité du freestyle.

Parmi les autres têtes d’affiche, il y aura le champion en titre de l’événement, l’Américain Malcolm Stewart. Ses compatriotes Justin Brayton, champion l’an dernier à Daytona, et Dean Wilson, champion de la série AMA dans la catégorie 250cc, seront aussi présents.