/news/currentevents
Navigation

Un moniteur accusé de crimes sexuels

Il fait face à 13 accusations contre trois adolescentes

Coup d'oeil sur cet article

Un moniteur d’un camp de vacances des Laurentides est accusé d’avoir profité de son statut pour cibler des adolescentes et d’avoir abusé d’elles pour assouvir ses pulsions.

 

Faviann Enrique Di Tullio fait face à 13 chefs d’accusation d’ordre sexuel. Entre 2008 et 2011, il s’en serait pris à trois jeunes filles âgées de 12, 14 et 15 ans. Il était alors moniteur au centre Notre-Dame-de-la Rouge, un camp d’été situé à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides.

L’homme aujourd’hui âgé de 34 ans aurait ciblé ses victimes présumées alors qu’il était en poste au camp. Et c’est par la suite, une fois le camp terminé, qu’il aurait pris contact avec elles, sur les réseaux sociaux.

Il se serait livré à des attouchements sexuels sur deux d’entre elles, en plus de les avoir agressées sexuellement, selon des documents judiciaires. Di Tullio est aussi accusé de leurre et d’avoir exhibé ses organes génitaux à une des adolescentes, celle qui avait 12 ans lorsque les faits reprochés auraient débuté.

On l’accuse aussi d’exploitation sexuelle, soit de s’être adonné à des gestes sexuels alors qu’il était en position d’autorité sur les jeunes. Les crimes reprochés se seraient déroulés à Deux-Montagnes, Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Morin-Heights, Sainte-Anne-de-Beaupré et Boisbriand.

Autres victimes ?

L’enquête a débuté après qu’une première victime a porté plainte, en 2017. Les enquêteurs ont par la suite réussi à obtenir d’autres informations. Faviann Enrique Di Tullio a été formellement accusé jeudi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Contacté par Le Journal jeudi, le centre Notre-Dame-de-la-Rouge n’a pas fait de commentaire.

– Avec Christian Plouffe


► La Sûreté du Québec croit que Faviann Enrique Di Tullio aurait pu faire d’autres victimes. Toute information peut être communiquée de façon confidentielle au 1 800 659-4264.