/sports/hockey/canadien
Navigation

Ben Chiarot, un défenseur caméléon

Ben Chiarot a livré tout un effort pour se défaire de l’emprise de Joel Armia devant le filet protégé par Charlie Lindgren.
Photo Martin Chevalier Ben Chiarot a livré tout un effort pour se défaire de l’emprise de Joel Armia devant le filet protégé par Charlie Lindgren.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsque Marc Bergevin a fait l’acquisition de Ben Chiarot, par le biais du marché des joueurs autonomes, le plan était clair : l’Ontarien allait venir solidifier les deux premières paires de défenseurs du Canadien en évoluant à la gauche de Jeff Petry.

C’est encore le plan qui prévaut. Pour la première journée d’entraînement, Chiarot et Petry formaient bel et bien une paire. Et pour cause : en sa qualité d’arrière défensif, l’ancien des Jets de Winnipeg offrira une soupape de sécurité qui permettra à son compagnon de duo de se porter en attaque en se souciant un peu moins de ce qui se passe derrière lui.

Toutefois, lors de certains matchs, le nouveau venu pourrait obtenir un mandat différent.

« Ben amène un aspect physique dont nous avions besoin au sein de notre brigade défensive. Nous recherchions ce genre de joueur », a d’abord souligné Claude Julien.

« Il n’y a rien de coulé dans le béton chez nos défenseurs, a-t-il ajouté. Lorsqu’on affrontera des équipes comme les Capitals qui misent sur de gros joueurs, comme (Alex) Ovechkin, on pourrait l’utiliser avec (Shea) Weber dans l’espoir de les réduire au silence. »

Duo de poids lourds

Ce mandat de défenseur caméléon, l’athlète de 28 ans le connaît bien. Il raconte que Paul Maurice utilisait une stratégie similaire avec les Jets, où il était parfois utilisé avec Dustin Byfuglien.

« Buff est comme Shea. Il est tellement imposant physiquement. Ça devient tout un casse-tête, pour un trio adverse, d’affronter deux défenseurs au style très physique. Je ne peux pas imaginer un duo de défenseurs plus lourd », a raconté Chiarot.

Impossible d’en douter. À lui seul, Byfuglien, le joueur le plus pesant du circuit, fait osciller la balance à 260 livres.

En ajoutant les 225 livres de Chiarot, on obtient 485 livres. Avec Weber à 230 livres, le duo du Canadien ne sera qu’un peu plus léger.

Les attaquants du groupe B ont été les premiers à constater la lourdeur des coups d’épaule de leur nouveau coéquipier.

« J’attendais ce moment depuis longtemps. Lorsque tu arrives avec une nouvelle équipe, tu veux montrer tes vraies couleurs et te salir le nez dès le début », a-t-il lancé.

Suzuki et Poehling : des galons à gagner

En cette première journée, Julien a axé ses entraînements sur les batailles à un contre deux en zone restreinte, sur les sorties de territoire en avantage numérique et sur les jeux de transition. On a pu voir qu’il compte encore miser sur la formule gagnante Tatar-Danault-Gallagher.

Artturi Lehkonen a obtenu la première audition auprès de Max Domi et de Jonathan Drouin. Quant à Jesperi Kotkaniemi, il était flanqué de Paul Byron, à gauche, et de Joel Armia, à droite.

Nick Suzuki ? Au centre de Charles Hudon et Jordan Weal. Ryan Poehling ? Au centre de Matthew Peca et Phil Varone.

S’ils veulent amorcer la saison à Montréal, les p’tits gars devront gagner leurs galons.