/sports/hockey/canadien
Navigation

Juulsen et Alzner déjà sur la touche

Noah Juulsen
Photo d'archives, Martin Chevalier Noah Juulsen

Coup d'oeil sur cet article

Noah Juulsen et Karl Alzner partagent des ambitions semblables, celles de regagner leur place au sein de la brigade de défenseurs du Canadien. Pour y parvenir, ils devront d’abord et avant tout rester en santé.

Juulsen et Alzner ont pris la route de l’infirmerie dès le deuxième jour du camp, samedi.

« Alzner a une blessure à l’aine », a précisé Claude Julien. Ça s’est produit vendredi. Dans le cas de Juulsen, il ne se sentait pas bien en arrivant ce matin [samedi]. Il avait un peu mal à la tête. Avec sa situation de l’an passé, les soigneurs n’ont pas voulu prendre de chance. Il va être évalué au jour le jour, tout comme Alzner. »

Oeil amoché

Alzner caressait un seul objectif à ce camp, celui d’obtenir une réelle chance de regagner la confiance de Julien. Il a perdu du poids au cours de la saison morte et il a travaillé sur sa mobilité. Mais dès les premiers jours du camp, le défenseur de 30 ans s’est blessé à l’aine.

À moins d’un miracle, il retournera avec le Rocket de Laval pour la deuxième année d’affilée.

Juulsen, 22 ans, n’a pas joué un seul match depuis le 27 décembre 2018. C’était lors d’un court passage avec le Rocket l’hiver dernier. Atteint par deux tirs au visage le 19 novembre contre les Capitals de Washington, le choix de 1er tour du CH en 2015 avait subi une fracture au visage.

À son retour au jeu deux semaines plus tard, il n’était que l’ombre de lui-même.

Il a finalement compris ce qui clochait. Il avait de la difficulté avec sa vision périphérique.

Pas une commotion

Julien n’a pas voulu se montrer alarmiste malgré cet autre pas de recul.

« Je ne veux pas m’avancer trop, ne le faites pas non plus, a-t-il précisé. J’ai essayé de vous l’expliquer au meilleur de mes capacités. C’est ce qu’on m’a dit. Il avait un mal de tête, pas une commotion. Notre équipe médicale a choisi de faire preuve de prudence.

« On va le réévaluer demain et on verra à partir de là. L’équipe médicale doit s’en occuper et je dois le respecter. »