/news/consumer
Navigation

Le prix de l’essence pourrait grimper cette semaine

La moitié de la production de pétrole saoudien est paralysée après une attaque

TOPSHOT-SAUDI-OIL-ENERGY-ARAMCO
Photos AFP Un nuage de fumée s’échappe des sites du géant pétrolier Aramco qui ont été frappés par des drones hier en Arabie saoudite. Cette attaque pourrait mener vers une hausse du prix de l’essence.

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes doivent s’attendre à voir le prix de l’essence augmenter dans les prochains jours après une attaque de drones samedi sur deux sites majeurs de production de pétrole en Arabie saoudite.

« Ça va faire augmenter les prix du pétrole de manière significative, soutient Normand Mousseau, professeur à l’Université de Montréal et auteur du livre Au bout du pétrole. Est-ce que les prix à la pompe vont monter ? Très dur à prédire en détail, ça prendrait une boule de cristal. Mais ça ne devrait pas tarder à avoir un effet. »

Samedi matin, deux sites du géant Aramco ont été frappés par des drones. L’attaque revendiquée par des rebelles du Yémen a mené à « la suspension provisoire de la production » pour les deux endroits, a confirmé le royaume, même si les incendies ont été maîtrisés.

Or, ces deux emplacements importants représentent environ la moitié de la capacité pétrolière de l’Arabie saoudite, et 5 % de l’approvisionnement mondial quotidien en pétrole.

« C’est énorme, une coupure de plus 5 millions de barils. C’est plus que la production du Canada. [...] Ce ne sont pas des bonnes nouvelles du tout, s’est exclamé Jean-Thomas Bernard, professeur à l’Université d’Ottawa et spécialisé en énergie. Dès que le prix du baril va bouger, ça va se répercuter à la pompe. »

Ampleur des dégâts

Selon des experts avec qui Le Journal a pu s’entretenir, la durée des impacts de cette attaque sur le marché mondial de pétrole sera déterminée par l’ampleur des dégâts.

« Tout dépend des réserves mondiales de pétrole et du temps nécessaire pour que l’Arabie saoudite reprenne cette production. Si, par exemple, on dit que ça va prendre une semaine, ça risque d’être moins gros que prévu. Mais si c’est pour durer deux à trois mois, ça va être beaucoup plus important », souligne le professeur Mousseau.

« Aramco utilisera ses plans d’urgence en puisant dans ses stocks », a de son côté expliqué à l’AFP Samir Madani, du site de suivi du transport maritime Tanker Trackers.

D’ici mercredi

Pour les consommateurs québécois, on pourrait assister à un impact à la pompe d’ici mercredi, selon l’analyste indépendant Dan McTeague.

Le prix du litre était à 1,19,9 à Montréal, samedi soir.
Photo Agence QMI, Pascal Girard
Le prix du litre était à 1,19,9 à Montréal, samedi soir.

« Ça ne va pas avoir d’impact avant mercredi, parce que les marchés ouvrent seulement lundi. Et les prix de lundi n’auront pas d’effet avant mercredi », explique-t-il, se disant toutefois inquiet par la situation.

Du point de vue de Normand Mousseau, les prix vont certainement connaître une augmentation pour plusieurs jours et le tout pourrait fort bien se prolonger durant quelques semaines.

« Ça vient nous montrer à quel point on reste encore extrêmement dépendant du pétrole, que c’est une grosse préoccupation. C’est notamment central pour le transport », souligne-t-il.