/news/politics
Navigation

Souverainisme et séparatisme, deux choses différentes selon Elizabeth May

Coup d'oeil sur cet article

La déclaration fracassante du candidat du Parti vert Pierre Nantel pour une séparation «au plus vite» du Québec continue de susciter la controverse même si sa chef, Elizabeth May, lui accorde toujours sa confiance. Elle suggère d’ailleurs une différence entre être souverainiste et séparatiste.

«Beaucoup de Québécois sont souverainistes et ils respectent la souveraineté du Québec. Ils ne souhaitent pas se séparer. Pierre n’est pas séparatiste», a dit Mme May, en entrevue à CBC, vendredi.

La leader des verts réagissait à la polémique entourant son candidat dans Longueuil—Saint-Hubert et transfuge du Nouveau Parti démocratique, Pierre Nantel.

«Pierre ne souhaite pas faire éclater le pays, a-t-elle ajouté. Il a rempli son mandat de député fédéral néo-démocrate pendant huit ans sans dire un mot ou pousser pour le séparatisme», a-t-elle insisté.

«Il ne le fera sans doute pas avec le Parti vert parce que nous sommes un parti qui milite pour l'amélioration du fédéralisme. Je me battrais toujours pour le Canada»», a-t-elle ajouté.

Le début de campagne est mouvementé pour Elizabeth May. Après une polémique autour du débat sur l’avortement, elle a dû défendre et gérer les déclarations de son candidat Pierre Nantel.

Situation cocasse

En entrevue à QUB radio, mardi, M. Nantel a dit être prêt à voter «oui» à un référendum sur l’indépendance du Québec. «Séparons-nous au plus vite, a-il dit au micro de l’animateur Benoît Dutrizac. S’il y avait une question référendaire au Québec, je voterais oui. »

L’ex-néo-démocrate avait un temps pensé à joindre le Bloc, mais a finalement annoncé en août son ralliement au Parti vert du Canada en vue des élections du 21 octobre.

Le bloquiste Denis Trudel, s’est amusé samedi de la situation qui prévaut dans sa circonscription, où il affronte non seulement le transfuge Pierre Nantel, mais aussi le libéral Réjean Hébert, ex-ministre dans le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

«J’ai comme adversaire un monsieur qui s’est fait mettre dehors par les néo-démocrates et qui s’apprête probablement à se faire mettre dehors par les verts», a-t-il souligné.

«Les gens ont le droit de changer d’idée. Le problème pour les gens de Longueuil—Saint-Hubert, c’est comment on va les croire. Ce sont des gens qui changent d’idée sur des sujets fondamentaux toutes les cinq minutes», a poursuivi M. Trudel.

Le candidat bloquiste a d’ailleurs demandé à Elizabeth May de s’entretenir avec son candidat pour que les deux accordent leur violon. «Je demande à Mme May: qu’est-ce qui se passe ? parlez-vous! Monsieur Nantel persiste. Il se promène [...] en ce moment en disant qu’il est indépendantiste. Son parti, lui, ne l’est pas», s’est moqué le comédien de profession qui a toujours été connu pour son militantisme au sein de mouvement souverainiste.