/opinion/columnists
Navigation

Chasser la différence

schoolyard fence
Photo Adobe Stock Les écoles ne doivent pas être des ghettos !

Coup d'oeil sur cet article

Le théâtre, c’est la vie ! Je n’ai jamais trouvé aussi vraie cette affirmation d’Antonin Artaud dans son livre Le théâtre et son double qu’en assistant à la pièce Héritage, au théâtre Jean-Duceppe, particulièrement au moment où le propriétaire d’un quartier habité seulement par des Blancs veut dissuader la famille noire de ne pas venir s’installer dans son voisinage.

À son dire, ce n’est pas une question de race, mais c’est tout simplement s’assurer qu’on y retrouvera seulement des gens d’un même héritage.

De Manhattan à Shanghai

Il y a quelques semaines, un groupe d’experts recommandait aux autorités scolaires de New York de diversifier la fréquentation des écoles publiques et d’offrir des places à des élèves qui auraient obtenu des résultats inférieurs dans les tests sélectifs. Ces experts ont constaté que la représentation de certaines communautés n’était pas proportionnelle à leur poids démographique dans les écoles de douance et voudraient mettre un terme à l’apartheid scolaire. Cependant, la recommandation n’a pas l’heur de plaire à tous, au point où certaines personnes de race blanche s’indisposent que leur enfant soit contaminé par des élèves moins performants.

Il y a quelques mois, Le Journal révélait qu’un chantier de réflexion était en branle afin d’abaisser les critères de sélection pour les programmes d’éducation internationale. Plusieurs écoles voudraient que ces programmes soient moins élitistes et plus accessibles à l’ensemble des élèves. La réaction ne s’est pas fait attendre, y compris dans les pages du Journal, pour arguer que cette ouverture nuirait aux élèves doués et pour dénoncer le prétendu nivèlement vers le bas. Pourtant, l’objectif poursuivi consiste à tirer un plus grand nombre d’élèves vers le haut et à s’éloigner d’un système d’éducation à deux vitesses. Ainsi, la mixité sociale n’a pas meilleur goût chez nous que chez nos voisins du sud.

Il y a quelques années, alors que j’étais à Shanghai, notre guide s’inquiétait de l’arrivée massive des paysans à la ville et de la présence de leurs enfants dans la classe de sa fille. Elle nous servait des arguments semblables au propriétaire blanc dans la pièce Héritage : les enfants de paysans ne sont pas de la même classe et du même niveau que les enfants des villes. Je la vois encore, l’air dédaigneux, en songeant à sa fille qui pourrait se retrouver assise à côté de l’un d’eux. Même en pays communiste, la mixité sociale ne fait pas bon ménage !

Héritage

Un seul comédien blanc faisait partie de la distribution de la pièce Héritage, tous les autres artistes étant de race noire. Cependant, en fermant les yeux, nous n’entendions que du québécois pure laine. La différence ne s’entendait pas, et les ressemblances se révélaient en les écoutant rêver d’améliorer leur sort, tous, à leur manière. À ceux qui doutent encore que le Québec soit inclusif, je les presse de se rendre chez Duceppe en attendant que la mixité sociale soit rendue jusqu’à l’école.