/misc
Navigation

De la transparence?

golf-Fondation des Canadiens
Photo Chantal Poirier Je veux plus de Stéphane Richer. Je veux du vrai. Juste du vrai.

Coup d'oeil sur cet article

Stéphane Richer semble en avoir pas mal sur le cœur. Le vétéran confrère Marc de Foy aussi. Marc a connu les grandes années du Canadien. En dépit de la rectitude que lui impose son métier de chroniqueur, je sens qu’il souffre, nostalgique des Glorieux, gagnants répétés de la coupe Stanley et guerriers accessibles.

Marc est un pro qui sait flairer la bonne histoire. Un bon gars qui sait en reconnaître un autre. Au tournoi de golf du Canadien, il s’est approché de Richer, juste pour prendre des nouvelles du dernier marqueur de 50 buts du Canadien.

Toute une histoire !

Ça a donné le papier de la semaine, qui a permis de lever le voile sur les pratiques de l’organisation du Canadien.

Je dis bien lever parce que les histoires sur le resserrement autour des joueurs de l’équipe avaient déjà circulé... Mais c’est la première fois qu’un pavé est jeté à nouveau dans la mare du CH depuis la promesse de transparence faite par le propriétaire Geoff Molson au bilan de la saison 2017-2018, une saison catastrophique.

Cette fameuse transparence, je l’ai remarquée. De meilleurs efforts de communications ont été faits à l’arrivée de Paul Wilson à la suite du départ de Donald Beauchamp. Est-ce que Wilson, courtois et affable, a toutefois les coudées franches pour honorer la promesse faite par son grand patron il y a 17 mois ?

Si on s’attarde à tout ce que l’équipe fait et permet à ses joueurs et dirigeants de faire, on peut prétendre que oui. Dans les faits, c’est moins vrai.

Lorsque tantôt Max Domi ou tantôt Tomas Tatar publient des passages sur Instagram les montrant avec des coéquipiers dansant au bord d’une piscine en Floride ou faisant de la trottinette en Californie, ça devient viral, ça crée un buzz. Et honnêtement, je me plais à voir ces gamins prendre du bon temps, rien de mal à ça.

Du vrai svp

Car qui l’eût cru ? Il semble moins périlleux aux yeux des penseurs du Temple de rouler en trottinette électrique sans casque protecteur dans une rue achalandée de Californie en pleine saison que de permettre à un joueur vedette de l’équipe de prendre un café pendant une heure avec un chroniqueur qui ne travaille pas pour l’un des médias détenteurs de droits.

Voilà pourquoi j’aime Stéphane Richer. Je veux plus de Stéphane Richer, comme je ne change jamais de réseau quand il y a Guy Lafleur qui parle. Je veux du vrai. Juste du vrai.

Coup de cœur

 Jesperi Kotkaniemi
Photo Agence QMI, Steve Madden
Jesperi Kotkaniemi

À Jesperi Kotkaniemi. Fort de près de 15 livres ajoutées, il conserve néanmoins sa naïveté adolescente. KK est pur et doit le demeurer. Sur la glace, il doit progresser. Pour ça, Claude Julien doit l’aimer, avec ses qualités et ses défauts. Si Max Domi était un succès au centre, Marc Bergevin n’aurait pas tenté le coup avec Duchene et Aho cet été. Jesperi peut être ce joueur recherché. Vivement le kid au centre de Drouin et Domi au camp, juste pour voir...

Coup de gueule

Antonio Brown n’a jamais vraiment voulu jouer à Oakland. Il est fraîchement débarqué en Nouvelle-Angleterre et le roman-savon continue. Comme je crois en une justice équitable pour tous, laissons Brown innocent jusqu’à preuve du contraire. Coup de gueule toutefois aux Patriots. Lorsque Randy Moss y a joué, ils ont échoué bêtement au Super Bowl. Bill Belichick a lui-même établi un parallèle entre Moss et Brown. Est-ce que l’enfant terrible aux mains magiques coûtera un septième titre à Tom Brady ?

Un p’tit 2 sur...

Une place en séries pour l’Impact. Je refuse de croire que cette équipe reposée au calendrier favorable ne va pas se faufiler grâce à la septième place disponible cette saison en MLS. « Que les vrais se lèvent », a écrit le groupe de partisans 1642 en grosses lettres. J’approuve la démarche et ajoute que j’y crois. Il y a une occasion à saisir, aux joueurs de se montrer plus forts que leurs dirigeants !