/news/green
Navigation

Grève mondiale pour le climat le 27 septembre: Manon Massé demande la levée des travaux au Parlement

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire demande la levée des travaux de l’Assemblée nationale le 27 septembre prochain, à l’occasion de la journée de grève mondiale pour le climat.

Manon Massé souhaite que François Legault marche aux côtés des jeunes et de la militante écologiste Greta Thunberg en cette journée symbolique de lutte aux changements climatiques. Si le premier ministre du Québec n’y est pas, ça enverra «un très très mauvais message», estime la chef parlementaire solidaire.

 «On pense qu’une grève mondiale [...], ce n’est pas une journée comme les autres, c’est une action planétaire organisée par les jeunes, ceux et celles qui vont vivre au quotidien l’avenir avec les impacts climatiques qu’on connaît de mieux en mieux», a-t-elle plaidé dimanche, en marge d’un caucus servant à préparer la session parlementaire de l’automne.

Manon Massé fera parvenir une lettre aux chefs des différentes formations politiques pour la suspension des travaux parlementaires le 27 septembre. Notons toutefois que l’Assemblée nationale ne siège pas cette journée-là, mais que des commissions parlementaires pourraient se tenir. Pour le moment, il n’y a rien à l’horaire, a constaté notre Bureau parlementaire. Malgré tout, pour l’heure, la CAQ n’a pas l’intention de suspendre les travaux du Parlement.

QS veut également entreprendre des discussions avec l’Assemblée nationale pour s’assurer que les employés qui souhaiteraient participer aux manifestations pour le climat puissent le faire sans craindre de mesures disciplinaires. «À une journée exceptionnelle, je dirais même à un problème exceptionnel, je pense qu’il faut prendre des moyens exceptionnels», insiste-t-elle.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Greta Thunberg au Parlement

À la demande des solidaires, le président de l’Assemblée nationale a invité Greta Thunberg à venir au Parlement lors de son passage au Québec. Cette dernière ne pourra toutefois pas prendre la parole au Salon bleu.

Le député Gabriel Nadeau-Dubois s’attend à ce que François Legault vienne écouter la jeune militante suédoise, si elle accepte l’invitation et prononce un discours dans l’agora du Parlement. «Ce serait une démonstration qu’il prend au sérieux l’urgence climatique», a-t-il dit.

Le leader parlementaire solidaire est déçu de l’accueil réservé à Greta Thunberg par le premier ministre. S’il est disposé à la rencontrer, M. Legault n’a pas fait de démarche particulière pour l’inviter à prendre la parole à l’Assemblée nationale. «Si Greta était un businessman de 60 ans, M. Legault l’aurait invité il y a longtemps», a glissé Gabriel Nadeau-Dubois.