/sports/hockey/canadien
Navigation

Intensité variable

Les Rouges ont raison des Blancs 5 à 4 dans un match intraéquipe disputé devant une foule nombreuse

MATCH-INTRA-ÉQUIPE-DU-CH
photo agence qmi, DOMINICK GRAVEL Matthew Peca et Victor Mete y ont mis toute la gomme pour récupérer la rondelle en premier.

Coup d'oeil sur cet article

Évaluer les performances individuelles au cours d’un match intraéquipe n’est jamais une tâche facile. Pour la majorité des vétérans, le niveau d’intensité est à peine plus élevé que lors des rencontres amicales qu’ils disputent au cours de l’été. On peut les comprendre. Pourquoi risquer de se blesser dans un match où l’enjeu est encore moins important qu’un match préparatoire ?

« C’est difficile de sortir du positif ou du négatif d’un match comme celui-là. C’est décousu, tout le monde court partout et les gars patinent à 100 miles à l’heure », a indiqué Jonathan Drouin, de retour au vestiaire à la suite du gain de 5 à 4 des Rouges sur les Blancs, dimanche au Centre Bell.

D’autres, à l’inverse, font preuve du même esprit de compétition digne des séries de la Coupe Stanley. Parlez-en à Paul Byron.

Incapable de déblayer la surface réservée à son gardien, l’Ontarien a vu Nate Thompson pousser le disque derrière la ligne rouge tout juste devant lui. Il n’en fallait pas plus pour que le rapide attaquant fracasse son bâton sur la barre transversale.

« À ce moment, ça portait la marque à 3 à 3. Tout le monde voulait gagner le match. On a pu voir que Paul est un joueur émotif », a lancé Drouin, sourire en coin.

La garnotte de « KK »

Et pour ce qui est de la structure de jeu, on repassera. N’empêche, cette rencontre a comblé les nombreux spectateurs qui se sont déplacés au Centre Bell.

À commencer par ce retentissant tir frappé décoché par Jesperi Kotkaniemi, crédité de deux lancers de punition au cours de la même présence.

« Avant de m’élancer pour le deuxième tir, je suis allé voir Carey [Price] pour lui demander de me laisser une chance, a raconté le jeune homme. Je crois que c’est ce qu’il a fait. »

Effectivement, Price, qui avait eu le meilleur lors de la première approche du Finlandais, a à peine bougé, alors que la rondelle le déjouait du côté du bloqueur. Toutefois, Kotkaniemi est modeste. La garnotte qu’il a laissée partir du haut de l’enclave n’était pas piquée des vers.

Lehkonen, un bon complément

Par ailleurs, le trio que Drouin composait avec Max Domi et Artturi Lehkonen s’est bien tiré d’affaire. Sans nécessairement faire d’étincelles au cours de la première période de 30 minutes, cette unité a contribué à deux buts des Blancs.

Il sera intéressant de voir comment le Finlandais complétera ce duo qui, l’an dernier, a vu défiler bon nombre de coéquipiers à sa droite.

« Lehky a du talent. Il est capable de mettre la rondelle dans le but. Il travaille fort, ce qui est l’une de ses forces. Que ce soit en échec avant, lors d’un repli défensif ou devant le filet », a vanté Drouin.

Chiarot déjà à l’aise

La confrontation de dimanche après-midi a permis de mettre en relief quelques autres constats.

Ben Chiarot a démontré sa fiabilité en défense. Il semble toujours se trouver dans les jambes du porteur de la rondelle. Bien positionné, il se fait rarement prendre à contre-pied.

Il est une valeur sûre avec la rondelle. Calme, il est efficace dans les relances. Il a été à l’origine du premier but des Rouges.

Sorti du coin avec la rondelle, il a repéré dans le cercle des mises en jeu Jeff Petry, qui a effectué une passe précise sur la palette d’Alex Belzile.

« C’était l’occasion pour Jeff et moi de comprendre où l’autre se positionne sur la patinoire et de mettre en place notre communication. Je sais qu’il aime se porter en attaque. Plus nous jouerons ensemble et plus la chimie se développera », a indiqué l’ancien défenseur des Jets.

En réalité, Chiarot n’a commis qu’une seule bourde. Il a créé un revirement à la faveur de Jordan Weal, ce qui a donné une occasion de marquer à Nick Suzuki.

Weal se distingue

D’ailleurs, avis à ceux qui voudraient écarter Weal de la formation qui amorcera la saison le 3 octobre en Caroline. Son instinct et sa lecture du jeu lui ont permis d’offrir trois occasions de marquer. En plus de Suzuki, Charles Hudon et Shea Weber ont frappé à la porte.

Weal a complété son bel après-midi de travail en marquant grâce à une accélération en direction du filet. Il n’a eu qu’à rediriger une passe de Hudon.

♦ Le Canadien recevra la visite des Devils, lundi soir au Centre Bell. P.K. Subban et Jack Hughes ne seront pas du voyage. Ils feront plutôt partie de la formation des Devils qui accueillera les Bruins, au même moment, à Newark.