/news/elections
Navigation

Défense des intérêts du Québec: le Bloc se pose en gardien de la laïcité

Coup d'oeil sur cet article

BOUCHERVILLE | Se présentant comme le «seul parti nationaliste à Ottawa», le Bloc québécois promet de défendre coûte que coûte la loi sur la laïcité et les autres dossiers du Québec.

Alors qu’il lançait sa campagne électorale dimanche à Boucherville, le chef de la formation souverainiste s’est posé en dernier rempart pour la protection des intérêts du Québec à Ottawa. Yves-François Blanchet a promis de «parler aux Québécois et aux Québécoises de toutes allégeances», suggérant qu’ils sont tous nationalistes.

À ce sujet, il s’est fait l’avocat du dossier chaud de l’heure, à savoir la loi québécoise sur la laïcité.

Pour M. Blanchet, «la laïcité est une valeur progressiste, qui affirme que les femmes et les hommes sont égaux, une valeur qui affirme que l’État traite tout le monde de façon juste», a-t-il expliqué, refusant de parler de droit fondamental et préférant y voir «modernité, équité, accueil et justice».

Il a d’ailleurs mis en garde le chef libéral. «Justin Trudeau suggère qu’il ne fera rien contre la loi pour l’instant. Je lui réponds que je protégerai cette loi pour longtemps», a-t-il dit.

«Nous avons choisi par un écrasant consensus la laïcité de l’État. C’est notre droit. Et ce n’est pas celui du Canada de prendre notre propre argent pour financer des procédures contre notre propre loi, ni avant ni après les élections», a-t-il précisé.

«Alors, soit le Canada recule et nous laisse agir selon nos valeurs, soit les Québécois verront plus vite que leur pays n’est pas canadien, que leur pays est Québécois», a-t-il ajouté.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le règne Ouellet derrière

Devant une salle remplie et énergique, le chef bloquiste a reconnu que sa formation politique revient de loin.

Rappelons qu’il a succédé en janvier dernier à Martine Ouellet, qui a démissionné de son poste après plusieurs mois de controverse. À peine arrivé en janvier, Yves-François Blanchet se disait optimiste de remporter au-delà de 20 sièges aux prochaines élections fédérales.

Dimanche, il a indiqué que «le pire comme le meilleur sont à venir [...] Nous allons encaisser, répondre, proposer [...] et on va gagner».

«Les Québécois ne sont pas obligés de voter pour nous autres. Il faut leur en donner le goût. Il faut leur en donner l’envie. Surtout les jeunes qui veulent autre chose», a-t-il souligné.

Bilan libéral

Le chef bloquiste a aussi promis que le Bloc s'attaquera au bilan «dévastateur, nuisible, centralisateur et arrogant» de Justin Trudeau.

Il est aussi revenu sur la taxation des géants du web, une mesure «équitable et légitime», a-t-il indiqué.

«C'est juste une affaire de courage. Au Bloc, du courage, on en a. Chez les libéraux, moins», a-t-il ajouté.

«Nous avons connu un régime Trudeau, nuisible, colonisateur, anti-Québec, méprisant », a lancé le chef du parti.