/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les femmes aux Gémeaux

Coup d'oeil sur cet article

Quelle drôle d’idée !

Hier soir, aux Gémeaux, dans le numéro d’ouverture, on a choisi d’honorer et de faire monter sur scène UNIQUEMENT les femmes auteures (qu’on a appelée des autrices, le nouveau mot à la mode).

Oui je sais, avec #metoo, #timesup, le féminisme est à la mode. Mais en quoi le fait d’honorer des femmes a quoi que ce soit à voir avec une vague de fond de dénonciations... de harcèlement sexuel ? Si on célèbre l’égalité hommes-femmes, ne devrait-on pas honorer autant les femmes que les hommes ?

TASSE-TOI MONONCLE

Dans le numéro d’ouverture, sont montées sur scène Danielle Trottier (Unité 9) Michelle Alleyn (Fugueuse), Martine D’Anjou (Clash), Chantal Cadieux (Une autre histoire).

Pourquoi juste des femmes ? C’est une drôle d’idée parce qu’au Québec, écrire pour la télé n’a jamais été une chasse gardée masculine. J’ai trois noms pour vous : Janette Bertrand, Lise Payette, Fabienne Larouche.

C’est une drôle d’idée parce que pendant qu’on honorait des femmes, Luc Dionne (District 31) devait prendre son trou. Alors que District 31 était l’émission avec le plus de nominations, son auteur a dû rester assis parce qu’il n’était pas... du bon sexe.

District 31 a reçu le prix du public. Luc Dionne était assez bon pour gagner en après-midi pour meilleur texte. Quand Patrice Godin a accepté son Gémeaux, il a remercié Luc Dionne. Quand Hélène Bourgeois-Leclerc a accepté son Gémeaux, elle a remercié Luc Dionne. Le Gémeaux de la meilleure série dramatique quotidienne a été remis à Luc Dionne. Mais quand on honore les auteurs, on n’honore pas Luc Dionne... parce qu’il a des couilles ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Cette mode, d’honorer uniquement les femmes, n’est-ce pas la définition même de la discrimination ? On écarte un groupe en fonction de son sexe.

Pourquoi les femmes honorées n’ont-elles pas dit : « Nous refusons de monter sur scène tant que nos collègues masculins ne sont pas également reconnus » ?

Mais vous savez la vraie raison pour laquelle tout ça est une drôle d’idée ? On honorait les femmes auteures... pourvu qu’elles n’avaient pas eu l’idée folle de travailler avec un homme. Je vous donne un exemple : Isabelle Pelletier, qui est pourtant auteure télé de Ruptures, n’a pas été honorée car elle coécrit avec Daniel Thibault. Ouache, imaginez donc, une femme qui écrit avec un homme !

Scusez-moi, mais si vous honorez les femmes, honorez toutes les femmes. Cette idée, sûrement partie d’une bonne intention, était un fiasco.

QUELQUES NOTES

  • Suis-je la seule à trouver bizarre qu’on demande à Louis Morrissette de présenter une catégorie dans laquelle deux émissions produites par sa maison de production (KOTV) sont en nomination ? #malaise
  • Quand tu fais un gala pour honorer « l’excellence » en télé, c’est peut-être une bonne idée de t’assurer que la technique est impeccable. Pendant la moitié de l’avant-gala, le son était pourri.
  • Avait-on vraiment besoin d’entendre Véronique dire « Tu pues du bat » (même si c’est un clin d’œil à M’entends-tu ?) dans la vidéo d’ouverture ou Pierre Hébert traiter à répétition les gens de « mongols » ?
  • Pour finir sur une note positive, quel beau moment de télé quand on a rendu hommage aux émissions de « vrai monde ». Les invités dans la salle pleuraient et... moi aussi dans mon salon.