/news/currentevents
Navigation

Un détenu de Trois-Rivières meurt après un transport en fourgon cellulaire

Coup d'oeil sur cet article

Un détenu est décédé en sortant du fourgon qui le ramenait à la prison de Trois-Rivières, après une comparution au palais de justice de Shawinigan en août dernier. 

Le jour de sa comparution pour non-respect d'engagement, le 21 août dernier, Gilles Cassivi ne se portait pas très bien. En salle de cour, son avocate Me Karine Bussière l’a mentionné à plusieurs reprises. TVA Nouvelles a mis la main sur la bande audio de la comparution. 

«Monsieur va tellement mal qu'il devrait être amené à l'hôpital», affirme l'avocate sur la bande audio. 

«Est-ce que ça va, Monsieur Cassivi?», l'entend-on demander à son client. «Oui, je suis essoufflé», répond le détenu d’un souffle court. 

L'homme de 64 ans souffrait de problèmes respiratoires. Me Karine Bussière du bureau d’aide juridique a tenté de faire hospitaliser son client à l'hôpital Sainte-Thérèse de Shawinigan où il avait déjà un dossier, mais les lits étaient pleins. Elle a demandé au tribunal que le prévenu reçoive les soins de santé requis. 

La juge Dominique Slater a accepté de reporter la comparution. «Je vais noter sur le mandat de renvoi que monsieur reçoive tous les soins de santé requis par son état. Les services de détention devront faire le nécessaire pour que monsieur soit conduit à l'hôpital ou à l'infirmerie», avait-elle affirmé. 

Selon nos sources, le responsable du transport à la détention n'a pas amené Gilles Cassivi à l'hôpital. Il serait plutôt retourné à la prison de Trois-Rivières par manque de personnel. Le détenu s'est effondré en sortant du fourgon. 

«On m'a avisé le lendemain que mon client était décédé. C'est sûr que cela a été un choc pour tous les gens qui étaient présents la veille. Tout le monde était alerte que monsieur n'allait pas bien et qu'il devait recevoir des soins compte tenu de son état», a commenté Me Bussière, lorsque questionnée sur le dossier. 

Sans famille et aux prises avec des problèmes d'errance et de santé mentale, Gilles Cassivi résidait dans des ressources d'hébergement. Il a fait de courts séjours en prison pour des délits, tels que des vols et des non-respects d'engagement. 

Des enquêtes en cours 

Y a-t-il eu manquement de la part du responsable du transport des détenus? Le bureau du coroner enquête sur ce décès et fera part de ses conclusions dans les prochains mois. 

Le ministère de la Sécurité publique a confirmé qu’une personne incarcérée du centre de détention de Trois-Rivières est décédée le 21 août dernier. Le ministère a ajouté avoir déclenché une enquête administrative afin de faire lumière sur les circonstances de cet événement.