/sports/football/alouettes
Navigation

Alouettes : à quelques jeux d’une grande équipe

Alouettes : à quelques jeux d’une grande équipe
Photo Agence QMI, Rick Elvin

Coup d'oeil sur cet article

Après des années de vache maigre, la saison 2019 des Alouettes peut déjà être considérée comme un succès, mais la troupe montréalaise serait en bien meilleure position si elle savait davantage profiter des occasions qui se présentent à elle.

La troupe de Khari Jones, qui a une fiche de 6-5, n’avait pas encore totalement digéré sa défaite de 27 à 25 de samedi aux mains des Roughriders de la Saskatchewan, mardi à l’entraînement. Surtout, elle avait encore sur le cœur les trois séquences offensives en début de match où elle a dû se contenter de placements.

«Nous devons enlever de la pression à la défense, a reconnu le quart-arrière Vernon Adams fils. Si nous avions marqué seulement une fois [en trois occasions] le match aurait pu être complètement différent. Nous devons être meilleurs dans la zone payante et pour cela, je dois d’abord améliorer mon jeu.»

«J’ai laissé des points et des jeux importants sur le terrain et nous n’avons perdu que par deux points, a-t-il poursuivi. Cela démontre à quel point nous pouvons être une bonne équipe.»

Le joueur de ligne offensive Kristian Matte était d’accord avec l’analyse de son quart.

«Nous nous tirons dans le pied quand nous ne terminons pas nos séquences à l’attaque, a-t-il expliqué. Il ne faut pas perdre ces matchs-là. Si nous corrigeons nos erreurs, personne ne pourra nous arrêter.»

Exigeant

Même s’il est loin d’avoir disputé un vilain match au Mosaic Stadium et qu’il s’impose de plus en plus dans son rôle de meneur de l’attaque des Moineaux, Adams fils est loin d’être complaisant.

«Il y a des gars à qui je ne passe pas assez le ballon, a analysé le quart de 26 ans. Je dois le distribuer davantage. Les autres joueurs font leur travail, mais tout commence par le quart.»

«Que ce soit avec de courtes passes ou en visant le côté large, il y a des gars qui sont ouverts et je dois en profiter pour forcer la défense adverse à surveiller tout le terrain», a-t-il ajouté.

Une étape à la fois

Moins sévère que ses joueurs, Jones croit que son équipe est encore en mode apprentissage.

«Nous sommes dans un processus et je le dis à mes gars, en qui j’ai énormément confiance, a indiqué l’entraîneur-chef des Alouettes. Nous avons les bases d’une excellente équipe, mais nous ne faisons que commencer ce processus. Je dois moi-même freiner mes ardeurs, car je sais que nous avons quelque chose de spécial, mais ça prend du temps à bâtir.»

Les Oiseaux poursuivront d’ailleurs leur projet samedi quand ils recevront la visite des Blue Bombers de Winnipeg.

Les blessés

Le spécialiste des longues remises Martin Bédard n’a pas participé à la séance d’entraînement de mardi. Jones a toutefois indiqué que le Québécois, qui a été blessé samedi, sera de retour sur le terrain mercredi et qu’il devrait être en mesure d’affronter les Bombers.

L’entraîneur a été un peu plus vague dans le cas du secondeur Chris Ackie, absent contre les Roughriders. Ce dernier était en uniforme mardi, mais il n’a pas vraiment vu d’action. «Nous allons attendre quelques jours pour voir comment il se sent et nous saurons ensuite s’il pourra jouer samedi», a dit Jones.

Le pilote n’a pas précisé la nature exacte des blessures à ces deux joueurs.