/news/politics
Navigation

Fitzgibbon promet de maintenir la transparence d’Investissement Québec

Le ministre assure que les effectifs de la société d’État et leur rémunération seront connus

Pierre Fitzgibbon
Photo Simon Clark Pierre Fitzgibbon

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon assure qu’il sera transparent sur les variations d’effectifs d’Investissement Québec.

Il a ainsi répondu à l’opposition libérale qui l’accuse d’avoir accordé à la société d’État des privilèges qui lui permettront d’être opaque.

M. Fitzgibbon a fait adopter cet été un décret qui soustrait IQ à l’application de la majorité des articles de la loi sur le contrôle des effectifs, a révélé notre Bureau d’enquête la semaine dernière.

La société d’État pourra cesser de publier les chiffres détaillés sur son nombre d’employés. Des verrous sur le recours aux consultants externes ont également été éliminés.

Cela survient dans le contexte où M. Fitzgibbon a déposé, en juin, un projet de loi qui ferait doubler le nombre d’employés à IQ, avec la fusion de plusieurs services qui font actuellement partie du ministère de l’Économie.

Rémunération et effectifs

En Chambre, mardi, M. Fitzgibbon s’est porté garant de la transparence d’Investissement Québec.

«J'ai dit dans cette Chambre, quand on a fait le projet de loi, que j'étais pour être transparent sur la rémunération, sur les effectifs», a-t-il déclaré.

Selon le ministre, son mandat de développement économique nécessite une «flexibilité accrue» pour Investissement Québec.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Pour ce faire, pour une période temporaire, Investissement Québec va pouvoir prendre des ressources qu'ils ont besoin», a-t-il dit.

La députée libérale Dominique Anglade juge «aberrant» le décret qui accorde des privilèges à la société d’État.

«Lorsqu'on regarde le décret qui a été pris, Investissement Québec va être non seulement moins transparente qu'avant, mais moins transparente que la Société des alcools, moins transparente que Loto-Québec, moins transparente qu'Hydro-Québec», a-t-elle soutenu.

Jugeant ces critiques prématurées, M. Fitzgibbon a rejeté la demande de Mme Anglade, qui l’a enjoint à retirer le décret.

«Je trouve un peu ordinaire de se faire critiquer sur une transparence d'une chose qui n'est pas arrivée encore», a-t-il dit.