/news/consumer
Navigation

Gaspé demande une enquête sur le prix élevé de l’essence

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Le maire de Gaspé a demandé mardi au Bureau de la concurrence d’enquêter sur le prix élevé de l’essence sur la pointe de la Gaspésie.

« Les gens sont tannés de payer trop cher leur essence. On l’a documenté et c’est effectivement le cas. C’est en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine que l’on paie le plus cher l’essence », lance d’entrée de jeu le maire Daniel Côté.

Selon une compilation effectuée par la Ville, le litre se vendait de 8,3 cents à 18,5 cents plus cher que le prix minimum estimé par la Régie de l’énergie entre le 3 juin et le 26 août 2019. Mardi après-midi, le prix à la pompe à Gaspé était de 1,294 $/litre.

Ces données placent la région au deuxième rang des endroits où l’essence se vend le plus cher dans la province, après le Nord-du-Québec (1,467 $ mardi à la Baie-James), selon la Ville et la Régie.

Un cartel ?

Questionné sur la possibilité qu’un cartel de l’essence puisse exister en Gaspésie, le maire est demeuré prudent.

« Est-ce que c’est le cas ? Je n’en ai aucune idée. Par contre, quand on regarde les prix, ce ne sont pas les détaillants qui les fixent. C’est quelqu’un quelque part – on va l’appeler un fantôme – qui dicte les prix. Tout le monde le sait. Je me fous de la manière dont ça marche, mais la résultante est que ce sont les citoyens qui paient », s’insurge M. Côté.

Gaspé exige aussi une surveillance accrue des prix à la Régie de l’énergie et demande à l’Association pour la protection des automobilistes d’étudier la situation, afin, si nécessaire, d’entreprendre les actions requises.

« Je veux que quelqu’un enquête parce que je n’ai pas l’autorité pour le faire », soulève l’élu.

« Excellente initiative »

La démarche de la Ville est vue comme une bonne chose par CAA-Québec.

« À un moment donné, il faut poser des questions et si on laisse les choses aller, on ne fera jamais la lumière. Et ça, c’est une excellente initiative », soutient la porte-parole de CAA-Québec, Annie Gagnon.

Elle rappelle qu’une foule de facteurs peuvent influencer le prix de l’essence comme le principe de l’offre et de la demande. Elle n’a toutefois pas pu expliquer précisément la situation gaspésienne.