/news/society
Navigation

Les agriculteurs appelés à se méfier de leurs silos

Coup d'oeil sur cet article

Les agriculteurs devraient toujours se méfier et prendre des précautions lorsqu'ils travaillent dans leurs silos à grains, a rappelé un éleveur de brebis de Newport qui s'est donné pour mission de sensibiliser ses confrères. 

Secoué par le décès d'un jeune agriculteur de 33 ans de Saint-Herménégilde, tombé de son silo en juillet dernier, Marie-Antoine Roy s'est lancé dans une série de six séances de formation aux méthodes de travail à adopter pour rendre l'ensilage sécuritaire. 

Quatre travailleurs agricoles sont décédés au cours de 12 derniers mois à la suite de chutes survenues en raison de l'inhalation de gaz, en Estrie, au Centre-du-Québec et en Beauce 

Avant de grimper dans un silo, un travailleur devrait toujours s'assurer qu'il a bien été ventilé. Il devrait toujours porter un harnais muni d'un ancrage sécuritaire et, surtout, utiliser un détecteur pour déceler la présence de gaz avant d'y accéder. 

«Ce sont des gaz qui sont sournois, que vous ne sentez pas avant de les avoir inhaler. Quand vous ouvrez une trappe, vous ne savez jamais les risques auxquels vous vous exposez. Ils peuvent vous faire perdre connaissance instantanément, et c'est là que la chute survient. Nous, on s'est muni de détecteurs il y a sept ans et on ne le regrette aucunement. Si vous saviez combien de fois ils s'activent alors qu'on se pense en sécurité», a mentionné Marie-Antoine Roy. 

Or, changer les pratiques des agriculteurs n'est pas toujours simple, surtout quand il est question d'investir des milliers de dollars dans des équipements de prévention. 

Une trentaine de travailleurs agricoles ont assisté à cette première séance de formation, qui se tenait sur la ferme de M. Roy.