/sports/hockey
Navigation

L’été mouvementé d’Andrew Coxhead

L’attaquant a été frappé par une mononucléose qui l’a tenu à l’écart pendant deux mois

remparts vs Tigres
Photo d’archives Andrew Coxhead espère pouvoir améliorer sa marque personnelle de 47 points établie la saison dernière. On le voit ici face aux Tigres de Victoriaville au cours de la campagne 2018-2019.

Coup d'oeil sur cet article

​C’était déjà prévu que l’été 2019 d’Andrew Coxhead serait chargé. Invité à son premier camp de développement de la LNH, avec les Predators de Nashville, il comptait également travailler sur certains aspects de son jeu afin d’avoir un impact encore plus grand avec les Remparts cette saison. Mais ça, c’était avant qu’une mononucléose ne vienne en partie contrecarrer ses plans.

Partisans des Remparts, soyez sans crainte : le colosse de 6 pi 2 po et 189 lb va bien.

La maladie qui l’a frappé ne lui a toutefois pas permis de travailler sur certaines facettes de son jeu autant qu’il l’aurait souhaité.

Conscient que les deux principaux aspects sur lesquels il devait s’améliorer durant la saison estivale étaient son explosion sur patin ainsi que sa rapidité à décocher son lancer – c’est aussi ce que les Predators lui avaient indiqué à la fin du camp de développement –, il a dû mettre une pause de deux mois sur son entraînement d’été en raison de la « mono ».

« C’était long ! », a-t-il mentionné mardi après l’entraînement des Diables rouges.

Mais maintenant, il est rétabli et prêt à participer.

Et pas de doute que les Diables rouges auront grandement besoin de lui pour entourer les jeunes joueurs de l’équipe.

« Mon but est de travailler fort tous les jours autant sur la patinoire qu’en dehors afin de donner le meilleur exemple possible aux plus jeunes, lance cet ancien choix de premier tour des Remparts en 2016. Il sera important d’inclure tout le monde afin de ne former qu’un groupe uni. »

Comme Turcotte et Picco

Le grand droitier entend utiliser ses expériences du passé pour aider les nombreux nouveaux, dont cinq sont âgés de 16 ans, à ce que la transition vers la LHJMQ se fasse le mieux possible.

« Pour l’avoir vécu, je pense que le plus difficile est de quitter la maison à 16 ans. Par contre, la passion pour le sport et le fait d’apprécier aller à l’aréna chaque jour rendent le tout plus facile. Je ne suis pas inquiet pour nos jeunes, ils s’adapteront rapidement. »

Coxhead a d’ailleurs deux exemples en tête de joueurs qui ont facilité son intégration lorsqu’il s’était joint à l’équipe en 2016, à 16 ans.

« Yanick Turcotte m’avait beaucoup aidé, tout comme Andrew Picco, qui était mon cochambreur à l’époque. Il s’était assuré que je me sente comme à la maison. »

Plus d’attaque

Sur le plan personnel maintenant, Coxhead espère poursuivre sur ce qu’il a bâti l’an dernier, alors qu’il s’était imposé comme une force sur 200 pieds pour les Diables rouges. Ses 47 points en 68 matchs avaient aussi constitué un sommet personnel en attaque.

« Je veux continuer dans la même veine que l’an dernier. J’aimerais faire plus de points tout en demeurant responsable et fiable », mentionne-t-il.

Pour son entraîneur, Patrick Roy, il ne fait aucun doute que le grand no 20 a le potentiel de produire encore davantage.

« Je suis convaincu que Coxy a encore plus d’attaque en lui, et c’est d’ailleurs ce qu’il nous a mentionné dans nos rencontres de début de saison, a-t-il dit. Par contre, outre les points, ce que j’aime de lui, c’est qu’il est complet. Il peut jouer dans toutes les situations et affronter les meilleurs trios adverses tout en gagnant des mises au jeu importantes. Ce n’est pas un joueur unidimensionnel. »

Félix Bibeau sera capitaine... s’il revient

À moins d’une surprise et que l’attaquant Félix Bibeau soit retranché par les Islanders de New York dans les prochaines heures et de retour à temps pour le premier match de la saison, vendredi soir à Victoriaville, les Remparts entameront la saison régulière sans capitaine. Ce rôle sera réservé à Bibeau si, bien sûr, il revient chez les juniors.

L’attaquant de 20 ans participe au camp des Isles en ce moment et il devrait, en principe, se rapporter ensuite à celui du club-école de Bridgeport.

Pour le moment, donc, le groupe de leaders des Remparts sera composé du défenseur Darien Kielb et du joueur de centre Andrew Coxhead.

« Si demain matin j’avais une décision à prendre, c’est Bibeau qui serait nommé capitaine. On va donc attendre avant de prendre une décision officielle et pour l’instant, Kielb et Coxhead vont avoir des lettres. On verra ensuite pour l’autre assistant et le capitaine », a mentionné Roy mardi.

Les données ont changé

Lorsque Roy a effectué la transaction avec les Huskies de Rouyn-Noranda l’an dernier, qui envoyait notamment Louis-Filip Côté en Abitibi et qui promettait les services de Bibeau pour la saison 2019-2020, les chances de le voir jouer professionnel à 20 ans étaient beaucoup moins élevées qu’elles le sont à l’heure actuelle. Une compensation a d’ailleurs été négociée à l’amiable avec les Huskies dans l’éventualité où Bibeau ne reviendrait pas dans la LHJMQ.

Belle expérience

D’ici là, le directeur général et entraîneur-chef des Remparts sera patient et il n’essaiera pas de soutirer des informations privilégiées de l’organisation new-yorkaise.

« Félix vit une expérience et il mérite ce qui lui arrive. Quand on a fait la transaction l’an dernier, c’était sûr à 100 % qu’il allait jouer comme 20 ans dans la LHJMQ. Avec la fin de saison qu’il a connue, les séries et le tournoi de la Coupe Memorial, il a mérité la chance de vivre cette expérience. Je ne pense pas que lui ou les Islanders aient besoin que je les appelle. La décision revient à Lou Lamoriello, et elle arrivera en temps et lieu », a-t-il expliqué.