/misc
Navigation

Longueuil, une sorte de club échangiste politique

POL-NPD-ELECTIONS FÉDÉRALES-CANDIDATURE-ERIC FERLAND
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Jagmeet Singh et Éric Ferland

Coup d'oeil sur cet article

Dans le stationnement du Holiday Inn de Longueuil, je me suis d’abord demandé si c’était le soleil qui plombait trop fort sur mon front et mon cou dégarnis (une coupe Longueuil, ça devait être pratique dans le temps!).

À la question «êtes-vous souverainiste?», Éric Ferland, candidat que le chef néo-démocrate Jagmeet Singh venait de présenter, répond : «Je l’ai déjà été. [...] Pour le moment, la question de la souveraineté ne se pose pas. Dans 10, 15 ans, on ne sait pas.»

Ai-je rêvé? Pas un autre! me suis-je dit.

Échangisme

D’ici le 21 octobre, Longueuil se transformera en combat extrême de «vire-capot». Ou une sorte de club échangiste politique.

Aujourd’hui néo-démocrate, Éric Ferland est un ancien chef du Parti vert du Québec (1994-1996), dont il n’a toutefois jamais été candidat. En 1995 cependant, il a porté les couleurs du... Parti vert du Canada lors d’une partielle dans Brome-Missisquoi. Dans La Presse, Pierre Foglia avait alors rappelé le passé... conservateur (oui!) de Ferland, qui fut adjoint politique du ministre de l’Expansion économique de Mulroney, Robert de Cotret : «Faut gagner sa vie, c’est vrai. Faut aussi pelleter son entrée avant de pelleter des nuages», s’était amusé le chroniqueur.

Rappel des autres «revirements de veste» dans Longueuil–Saint-Hubert :

• Pierre Nantel, député sortant, a été expulsé du NPD ; a troqué l’orange pour le vert. Tout en se disant souverainiste, il se présente pour le parti d’Elizabeth May, évidemment fédéraliste.

• Le candidat Réjean Hébert, ancien ministre souverainiste de Pauline Marois du PQ, jadis défenseur de la laïcité, porte désormais les couleurs du Parti libéral du Canada, fédéraliste et anti-loi 21.

Falardeau

Café-Crème, boulevard Roland-Therrien, vers 9 h 10 : je demande au candidat bloquiste, le comédien Denis Trudel, ce que son ami le cinéaste Pierre Falardeau aurait dit de tout cela, s’il était encore de ce monde. Trudel prend alors une voix de cigarette, un ton hypercynique, et improvise une litanie d’insultes : «L’histoire du Québec est pleine de collabos bilingues qui ont trahi le peuple du Québec pour faire une piasse. Réjean Hébert vient d’ajouter son nom à cette longue et honteuse liste!»

Redevenu le candidat Trudel, il n’est pas tellement moins «falardien». Il parle d’Hébert comme d’un «gars catapulté ici pour avoir sa limousine», qui ne «connaît rien du comté». Et Pierre Nantel au Parti vert ? De la «malhonnêteté intellectuelle», tranche-t-il!

Le fils de Donalda

Vers 11h30, dans le hall du Holiday Inn, entre le seul autre candidat dans Longueuil qui n’a PAS changé d’allégeance, le conservateur Patrick Clune, aussi fils de la célèbre comédienne Andrée Champagne (Donalda dans les Belles Histoires, version années 1960), députée conservatrice de 1984 à 1993.

Entrepreneur dans la production télévisuelle et candidat en série (il en est à sa 5e tentative au fédéral!), Clune ironise sur le magasinage de couleurs politiques qui se déploie dans Longueuil–Saint-Hubert. Il me souligne toutefois avec fierté que lui-même a suscité... un retournement de veste : un de ses anciens adversaires du NPD en 2008, Richard Marois, a fait savoir dans les réseaux sociaux qu’il l’appuyait!

Clune se dit «progressiste»-conservateur. Il est favorable à l’imposition des revenus des GAFAM (Google, Amazon, Facebook et cie), contrairement à son parti.

En fin de journée au téléphone, j’ai enfin pu parler à Pierre Nantel, que je tentais de joindre depuis 8h. Il se défend avec vigueur et je devrai y consacrer une autre chronique avant le scrutin. Quant à Réjean Hébert, il s’est montré injoignable, malgré demandes et appels répétés.