/news/green
Navigation

«Nous sommes en train de perdre la course» du climat, dit le chef de l’ONU

«Nous sommes en train de perdre la course» du climat, dit le chef de l’ONU
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a estimé mardi que l’accord de Paris sur le climat n’avait pas encore échoué, mais que le temps était compté pour éviter la catastrophe climatique.

«Je voudrais voir toute la société accroître la pression sur les gouvernements pour qu’ils comprennent qu’ils doivent aller plus vite, car nous sommes en train de perdre la course», a-t-il déclaré dans une entrevue à une collaboration de dizaines de médias internationaux, Covering Climate Now.

Samedi, Antonio Guterres accueillera un sommet de la jeunesse sur le climat à New York à l’ONU, puis lundi un sommet spécial climat avec des chefs de gouvernements et d’États, appelés à revoir leurs engagements à la hausse, pour limiter le réchauffement du globe à 1,5°C ou 2°C, par rapport à la période préindustrielle, au 19e siècle.

«La recherche scientifique nous dit que ces objectifs restent atteignables», a dit Antonio Guterres, en admettant que l’inaction des pays membres de l’ONU pouvait, au moins partiellement, être compensée par d’autres acteurs non étatiques - en particulier aux États-Unis, où les États fédéraux comme la Californie prennent le relais.

«L’un des aspects les meilleurs de la société américaine est que c’est un pays fédéral, et que les décisions sont décentralisées», a-t-il dit. «Je serai donc toujours favorable à ce que les décisions relatives au changement climatique soient toujours aussi décentralisées que possible».

Il a noté que de grandes villes, des régions et des entreprises prenaient le relais, et que des banques et des fonds d’investissement se retiraient des secteurs du charbon et des énergies fossiles.

Il a aussi pris l’exemple de l’Union européenne, où seuls trois pays s’opposent encore à l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050, disant percevoir un «nouveau souffle», notamment avec la croissance des énergies solaires en Inde et en Chine.

«Nous avons besoin de changer profondément la façon dont nous produisons notre nourriture, d’où vient l’énergie de nos économies, comment nos villes sont organisées, comment nous produisons notre énergie», a-t-il poursuivi.

«J’ai l’impression que de plus en plus de gens, d’entreprises, de villes et d’États comprennent qu’il faut le faire», a conclu Antonio Guterres.