/sports/hockey/canadien
Navigation

«Nous voulons juste jouer»

Brendan Gallagher est satisfait de la décision de l’Association des joueurs

Brendan Gallagher est satisfait de l’allure des pourparlers entre la LNH et l’Association des joueurs.
Photo Martin Chevalier Brendan Gallagher est satisfait de l’allure des pourparlers entre la LNH et l’Association des joueurs.

Coup d'oeil sur cet article

Brendan Gallagher n’est pas passé par quatre chemins, au lendemain de l’annonce de l’Association des joueurs de la LNH, qui a décrété la paix syndicale jusqu’en 2022. « Nous voulons juste jouer au hockey. »

Dans ces mots, l’expérimenté attaquant du Canadien, aussi délégué syndical de l’équipe en compagnie de Paul Byron, a exprimé sa satisfaction à l’égard des discussions entre l’Association et les autorités de la ligue.

« Les deux parties ont tenu de bonnes discussions durant le week-end. C’est positif. La LNH travaille avec nous pour parvenir à une entente. Il faut jouer et en profiter. L’essentiel, c’est que le jeu continue et que tout le monde soit content. »

« Signes positifs »

Sans divulguer trop de détails, le combatif ailier âgé de 27 ans a indiqué que les deux parties avaient fait des pas vers l’avant alors que tous les indicateurs économiques sont à la hausse.

« Il y a des signes positifs. Ce qui est intéressant, c’est qu’on va jouer au hockey pour les trois prochaines saisons.

« Nous espérons que la LNH pourra continuer de faire progresser les revenus, a-t-il poursuivi. Ça fait partie des grands enjeux. Il ne faut pas oublier nos responsabilités envers les joueurs de la prochaine génération. Nous croyons que nous avons un bon appui et un bon produit sur la glace. Ça doit continuer de progresser dans la bonne direction. »

Mais tout n’est pas rose dans les négociations à venir. Les retenues salariales mises en fiducie (escrow), un véritable irritant chez les joueurs, figureront évidemment parmi les enjeux majeurs de la prochaine négociation.

« Il y a certaines choses à corriger dans l’entente. C’est ce que nous tentions de faire valoir dans les discussions du week-end dernier, à savoir si l’on rouvrait la convention ou non.

« Il fallait aussi savoir si nous étions en mesure d’en discuter tout en continuant à jouer au hockey ou bien il fallait encore passer par une grève ou un lock-out.

« L’escrow sera l’un des points à discuter », a-t-il fait savoir avec un petit sourire en coin à propos de cette retenue salariale.

Jeux olympiques

Au-delà des chiffres et des dollars, il sera aussi question d’une participation aux Jeux olympiques. Les joueurs de la LNH ont raté le rendez-vous en Corée du Sud en 2018.

Si l’Association désire renouer avec le mouvement olympique, la Ligue nationale veut quant à elle négocier une autre Coupe du monde, comme celle organisée à Toronto à l’automne 2016.

« Les Jeux olympiques seront un véritable enjeu. Ils représentent l’objectif ultime pour plusieurs joueurs désirant évoluer pour leur pays, a déclaré Gallagher. En grandissant, on rêve tous de porter le chandail de notre nation. On aime notre sport et la compétition. On veut performer sur la plus grande scène. Il ne faut pas nous retirer ce privilège. »