/news/politics
Navigation

Réduction des déchets: un CPE de Gatineau ne pourra plus jeter ses couches

bloc Garderie
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau règlement de la Ville de Gatineau qui limite la quantité de déchets par adresse cause de sérieux maux de tête à une garderie, qui ne sera plus en mesure de se débarrasser des couches souillées.

Le Centre de la petite enfance Les amis de Cornemuse, a évoqué l’idée de retourner les couches sales des enfants à leurs parents, afin qu’eux s’en débarrassent à la maison, puisqu’il n’existe aucune autre solution.

«On a reçu une lettre qui dit qu’à partir du 15 septembre on n’a droit, qu’aux deux semaines, à un bac de 120 litres par logis. On a le droit d’acheter des sacs supplémentaires, pour un maximum de cinq sacs», explique Maude Julienne, la directrice adjointe du CPE, en entrevue avec Mario Dumont à LCN.

Cette quantité de déchets permis est toutefois insuffisante pour le CPE. Le CPE a demandé à la Ville de Gatineau des mesures d’atténuation, mais les démarches n’ont pas porté leurs fruits.

«Ça n’a aucun sens. On est un bâtiment avec deux installations. Pour nous, c’est complètement aberrant qu’ils ne veuillent pas faire de mesures d’atténuation», explique la directrice adjointe.

La seule chose que la Ville a proposée au CPE est du «coaching» afin de mieux gérer les matières résiduelles.

Une quarantaine d’enfants sont encore aux couches dans ces installations, et on les change minimalement trois fois par jour.

«Ça fait une moyenne de 120 couches à jeter par jour, c’est un bac plein chaque jour. On a 10 jours à faire, mais en une seule journée, notre bac est plein», dénonce Mme Julienne.

L’une des solutions envisagées est de faire ramasser les déchets par une entreprise privée, mais cela impliquerait d’installer dans la cour un conteneur imposant qui prendrait la place d’un module de jeu.

«On n’a aucune place pour mettre le conteneur, et les coûts associés à cela sont exorbitants», explique Mme Julienne.

Le CPE a lancé un peu à la blague que les parents devraient donc ramener les couches sales à la maison, mais ne compte pas envisager sérieusement de cette mesure.

«C’était plus pour montrer le ridicule de la chose», admet Mme Julienne.