/elections
Navigation

Le NPD veut assurer une meilleure couverture des soins dentaires

Coup d'oeil sur cet article

Le chef néo-démocrate a détaillé, mercredi, sa promesse d’inclure les soins dentaires dans le système d’assurance maladie qu’il souhaite mettre en place.

«Personne ne doit avoir à supporter la douleur ou les dommages permanents causés par l’absence de soins dentaires», a dit Jagmeet Singh au cours d’un arrêt de campagne dans une clinique de dentistes de Sudbury, en Ontario.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) propose que les soins dentaires soient gratuits, dès 2020, pour les familles dont le revenu est en deçà de 70 000 $. Les ménages canadiens gagnant entre 70 000 et 90 000 $ pourraient bénéficier d’une aide de l’État.

La formation politique calcule qu’une famille de quatre enfants dont le revenu est de moins de 70 000 $ serait ainsi en mesure d’économiser 1240 $ par année si chaque membre de celle-ci reçoit les examens de nettoyage recommandés.

Le Parti vert du Canada propose aussi d’intégrer les soins dentaires dans la couverture canadienne de services de santé.

«La santé dentaire fait partie intégrante du bien-être physique global d'une personne. Nous devons agir pour promouvoir l'égalité dans l'accès des gens aux soins dentaires », a soutenu la chef Elizabeth May, mercredi, dans un communiqué rappelant l’engagement des verts en ce sens.

Si elle avoue avoir été tentée de proposer la gratuité des soins dentaires pour tous les Canadiens, la formation politique a écarté l’idée, disant qu’une telle politique serait trop coûteuse.

Selon une étude de 2015 citée par le NPD, 20 % des Canadiens éviteraient d’aller chez le dentiste puisqu’ils ne peuvent pas se le permettre financièrement.

Le directeur parlementaire du budget estime que l’initiative néo-démocrate coûterait 560 millions $ dans une première année, a indiqué M. Singh.

Le chef néo-démocrate est de plus en plus forcé d’expliquer comment il compte convaincre les électeurs que ses engagements ne sont pas trop coûteux, considérant le déficit accumulé ces dernières années par les libéraux.

M. Singh se défend en disant qu’il accordera moins d’argent que les libéraux de Justin Trudeau aux grandes entreprises et intensifiera la lutte à l’évasion fiscale.