/opinion/columnists
Navigation

Les endeuillés du Oui

Éric Ferland avec son nouveau chef, Jagmeet Singh
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Éric Ferland avec son nouveau chef, Jagmeet Singh

Coup d'oeil sur cet article

Dans Longueuil–Saint-Hubert, un étrange combat se livre entre quatre candidats souverainistes, dont trois sont des transfuges se présentant sous la bannière de partis fédéralistes. L’ex-ministre péquiste Réjean Hébert se présente pour le Parti libéral du Canada (PLC).

L’ex-député néo-démocrate et fier souverainiste, Pierre Nantel, passe au Parti vert. Éric Ferland, souverainiste et un ex-chef du Parti vert du Québec, traverse au NPD. Seul Denis Trudel, souverainiste militant, a choisi le Bloc québécois.

L’évènement est spectaculaire, mais peu étonnant. C’est un signe parmi d’autres d’une dynamique politique qui, depuis des années, se métamorphose sourdement. Mais comment ? Voilà la vraie question. Certains y voient la fin de l’« axe » Oui-Non. D’autres, la fin des « étiquettes politiques ».

Il serait ainsi devenu plus facile pour un souverainiste de mettre ses convictions de côté le temps de contribuer ailleurs à une autre cause majeure, disons, l’urgence climatique. Le tout, « en attendant » le retour miraculeux du projet indépendantiste.

Escamoter l’essentiel

Ce sont d’ailleurs les mêmes raisons qu’ont données ces transfuges pour justifier leur décision. Ce ne serait donc qu’une simple parenthèse pragmatique. Toutes ces explications sont tentantes, mais trop faciles. Elles escamotent l’essentiel parce qu’elles taisent ce que l’on n’ose pas nommer.

Il ne s’agit pas ici d’une simple « parenthèse » pour souverainistes déçus, mais du produit d’un véritable deuil politique. Le deuil d’un pays. Si autant de souverainistes tournent le dos au PQ ou au Bloc, ce n’est sûrement pas parce qu’ils se sont découvert un amour soudain pour le Canada et ses Rocheuses.

La plupart du temps, c’est qu’ils ont peu à peu fait leur deuil de la réalisation même d’un Québec indépendant. La nuance est cruciale. Inévitablement accusés par leurs ex-collègues d’être des « collabos » ou des menteurs – certains le sont, mais plusieurs ne le sont pas –, impossible pour eux de dire les vraies choses sans être cloués au pilori sur la place publique.

Rêve brisé

Leur deuil n’est pourtant pas celui de l’idée même d’indépendance – la plupart des « ex » du Oui la pensent toujours souhaitable –, mais de sa concrétisation. Or, ce deuil est tabou parce qu’il fait mal. Il fait mal à ceux qui, au PQ, tiennent le fort. D’où les injures lancées aux transfuges. Pour ces derniers, tout comme pour des souverainistes moins connus, défroqués ou découragés, le deuil du pays est non moins douloureux à vivre et à exprimer, même privément.

La CAQ, malgré qu’elle soit nationaliste et fédéraliste, collectionne les transfuges péquistes, dont son propre chef fondateur. Le Bloc s’accroche lui aussi au jupon de la CAQ. Le deuil d’un Québec indépendant prend une ampleur telle que même les partis fédéraux recrutent chez des souverainistes notoires.

Quelques transfuges ici et là pourraient s’expliquer par des intérêts carriéristes, mais lorsqu’ils se multiplient, le problème est plus profond. La réalité est que la fin de l’« axe » Oui-Non est avant tout le reflet de la chute du Oui. Le Non, lui, a pris ses aises.