/sports/hockey/canadien
Navigation

Plus de 40 ans après son dernier match, le «Roadrunner» fait encore courir les foules

Gagnant de 10 coupes Stanley, Yvan Cournoyer est une légende du Canadien.
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Gagnant de 10 coupes Stanley, Yvan Cournoyer est une légende du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

BATHURST | Il n’y a pas que les joueurs actuels qui ont fait courir les foules au cours des derniers jours en Acadie. Membre de plusieurs formations championnes du Canadien au cours des années 1960 et 1970, Yvan Cournoyer a également fait tourner bien des têtes.

« Ça fait longtemps que je suis retiré, mais quand les gens voient une bague de la Coupe Stanley, ils l’apprécient beaucoup. Avec les parents qui accompagnaient les jeunes, je me suis fait photographier. Ça leur rappelle beaucoup de souvenirs », a indiqué Cournoyer, estimant avoir signé des autographes pendant deux heures, mardi, à Renous.

« Parfois, je retourne à la maison et je dis à ma femme : “Ça ne se peut pas. C’est comme si je jouais encore. C’est incroyable” », a-t-il ajouté.

10 coupes Stanley

Ralenti par quelques blessures, le « Roadrunner » a disputé le dernier de ses 968 matchs dans la LNH – et avec le Canadien – le 18 novembre 1978.

Au moins deux générations de joueurs se sont succédé entre les plus jeunes de l’organisation et lui. En raison de cet écart, il ne s’attend pas à être reconnu tout de go par les nouveaux venus.

« Ça fait 40 ans que je suis retiré. C’est normal que les jeunes ne me reconnaissent pas. Quand je ne reconnais pas un joueur, je me présente, je lui dis qui je suis et avec qui j’ai joué. Ça fait une belle présentation pour les deux », a souligné l’homme de 75 ans.

« Je ne suis pas certain que si je voyais un jeune qui vient jouer pour le Canadien, seul, je le reconnaîtrais. Je pense que ça va des deux côtés, a-t-il poursuivi. C’est normal que quelqu’un qui arrive de l’extérieur et qui n’a pas trop vu le Canadien ne nous reconnaisse pas. C’est la vie. »

Porte-couleurs du Canadien de la saison 1963-1964 à 1978-1979, Cournoyer en a été le capitaine lors de ses quatre dernières campagnes. Il a gravé son nom sur la coupe Stanley à 10 reprises.

Ex aequo avec Jean Béliveau, il n’est devancé que par les 11 titres d’Henri Richard.

Voilà pour les présentations.