/news/education
Navigation

Rentrée scolaire: 360 classes sans enseignant au Québec

Rentrée scolaire: 360 classes sans enseignant au Québec
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves de 360 classes étaient sans enseignant attitré au moment de la rentrée scolaire au début du mois, une pénurie concentrée principalement dans la métropole et à Laval.

«C’est une crise essentiellement montréalaise parce que, des 360, il y en avait 304 qui étaient soit à Montréal, soit à Laval, a commenté mercredi le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. 84% des postes qui étaient vacants à la rentrée étaient soit à Montréal, soit à Laval.»

Rentrée scolaire: 360 classes sans enseignant au Québec
Photo Simon Clark

M. Roberge affirme que la situation s’est forcément améliorée depuis la rentrée scolaire. «On voit que c’est quand même quelque chose qui est assez grave, mais qui est vraiment localisé à Montréal et à Laval», ajoute-t-il.

Deux facteurs expliquent pourquoi la crise est concentrée dans la région montréalaise, estime le ministre. «Il est possible que certains enseignants choisissent d’aller enseigner ailleurs, mais il y a aussi le fait qu’il y a beaucoup plus d’élèves, souligne M. Roberge. Il y a eu un boom démographique dû au fait qu’on n’a pas suffisamment régionalisé notre immigration.»

Les politiques de régionalisation des nouveaux arrivants mises en place par le gouvernement Legault «vont aider à faire face à la pénurie de personnel sur l’île de Montréal», estime le ministre.    

En attendant d’avoir un enseignant attitré, les élèves sont pris en charge par un suppléant. «Ça peut être un jeune enseignant, ou une jeune enseignante, qui commence [...]» et qui remplace de façon temporaire, ou une enseignante qui ne souhaite pas obtenir un poste à temps plein.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.