/news/politics
Navigation

UPAC: «On ne trouve pas de squelettes dans le placard» de Frédérick Gaudreau, selon un expert

Frédérick Gaudreau
Photo d'archives, Agence QMI Frédérick Gaudreau

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec (CAQ) a indiqué avoir arrêté son choix sur Frédérick Gaudreau pour diriger l’Unité permanente anticorruption (UPAC). L’ex-sergent de la Sûreté du Québec Jean-François Brochu rappelle que M. Gaudreau aura une importante charge de travail si l’Assemblée nationale approuve cette candidature.

Des dizaines de candidatures ont été analysées avant de proposer M. Gaudreau à la tête de l'UPAC.

«Les critères de sélection étaient très pointus. La ministre a décidé de le recommander après des entrevues très serrées, a expliqué Jean-François Brochu. Il est là par intérim depuis presque un an et on ne trouve pas de squelettes dans le placard. On me parle de quelqu’un de très intègre.»

Ce choix de la CAQ devra être entériné par deux tiers des députés de l'Assemblée nationale. Selon le spécialiste des affaires policières, les libéraux approuveront cette candidature.

«Pour accepter le mandat de commissaire à l’UPAC, il faut être un brin courageux, a admis Jean-François Brochu. Il doit regagner la confiance du public.»

Jean-François Brochu indique aussi que les résultats du projet Serment du Bureau des enquêtes pourraient venir entacher la crédibilité de l’UPAC cet automne, même s'il analyse des événements survenus avant l’arrivée de M. Gaudreau.

Frédérick Gaudreau est un policier de carrière issu des rangs de la Sûreté du Québec. Il a exercé plusieurs fonctions depuis le début de sa carrière chez les verts.

Il est devenu commissaire par intérim de l'UPAC en octobre 2018, à la suite de la démission fracassante de Robert Lafrenière le jour des dernières élections provinciales.