/world
Navigation

Voici la première chose qu'Edward Snowden a piratée

Voici la première chose qu'Edward Snowden a piratée
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans Permanent Record («Mémoire vive»), Edward Snowden se confie sur son enfance, ses premiers pas dans le cyberespace, son amour des jeux vidéo ainsi que les façons de procéder de la NSA et du FBI.  

Mardi, le mémoire du lanceur d'alerte s'est retrouvé sur les tablettes des librairies et des marchés en ligne sous le signe de la controverse.      

En effet, comme le rapporte l'AFP, le gouvernement lui reproche d’avoir publié un livre contenant des informations sur la CIA et la NSA «sans avoir soumis le manuscrit» à ses anciens employeurs en violation des clauses de confidentialité de ses contrats de travail.      

Peu importe, Snowden considère important d'avertir le public des potentiels dangers et enjeux en ce qui concerne leurs données personnelles et l'espionnage numérique, ce qu'il fait dans «Mémoire vive».     

Les critiques sont partagées: on reproche à Snowden de ne pas s'ouvrir suffisamment sur sa vie, et ceux bien au courant de son histoire ne seront pas particulièrement surpris par ses «révélations» .    

Par contre, ce qui se retrouve dans ce livre n'est pas exclusivement à saveur politique. Dans un long extrait obtenu en exclusivité par The Nation, le pirate informatique se rappelle la première chose qu'il a «piratée»: son heure de sommeil.     

«La plupart de mes quelques 2000 premières nuits d'existence débutaient par de la désobéissance sociale: pleurer, supplier, négocier, jusqu'à la nuit 2193, le jour de mon sixième anniversaire, où j'ai découvert le pouvoir de l'action directe. [...] Discrètement, j'ai reculé toutes les horloges de la maison de plusieurs heures. Celle du micro-ondes était plus facile que celle du four, simplement parce qu'elle était plus facile d'accès. Lorsque les autorités, dans leur ignorance infinie, n'ont pas remarqué ma ruse, j'étais saoul de pouvoir, courant en rond dans le salon. Je, le maître du temps qui ne serait plus jamais forcé vers son lit, étais libre. Je me suis endormi dans le salon, en ayant enfin été témoin de l'aube du solstice d'été, la plus longue journée de l'année. En me réveillant, les horloges de la maison correspondaient à nouveau à l'heure sur la montre de mon père.» 

La preuve que malgré tout ce qu'il a accompli, la plupart des enfants passent par la même discipline nocturne. 

Pour en apprendre davantage sur la jeunesse de Snowden, lisez l'extrait complet (en anglais) ici