/opinion/blogs/columnists
Navigation

#BlackFace – Angles morts

Qui vit par l'épée périt parfois par l'épée...

#BlackFace – Angles morts
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau n’est pas raciste. Toutefois sa posture morale vient d’en prendre un coup. Quelques angles morts... 

 

#BlackFace – Angles morts
Le Journal de Québec

1 - Le chef du Parti libéral ne s’est jamais empêché de faire la leçon, de taxer de racisme et d’intolérance ceux qui ont été un tant soit peu critiques de l’idéologie diversitaire, du multiculturalisme.  

L’avocat François Côté l’exprime pertinemment

«Que Justin Trudeau se soit déguisé en “brownface” (nouveau mot, apparemment) il y a une éternité: degré de pertinence et d'intérêt faible à nul. À la limite, on s'en fiche royalement. 

Mais que Justin Trudeau se soit déguisé en “brownface”, d'une part, alors que d'autre part il prône un angélisme de degré absolu, condamne sans procès toute déviation passée, présente ou future d'un quart de cheveu du modèle sacro-saint du multiculturalisme inclusif/diversitaire/intersectionnel, qu'il adhère résolument à l'idée de la discrimination systémique, qu'il embrasse l'idée chartiste de la discrimination par effet ressenti sans égard à l'intention, que son équipe soit la première à déployer des efforts inquisitoires impressionnants pour chercher à voir du racisme ou de la discrimination partout (quitte à redéfinir le concept au fur et à mesure des besoins en cette perspective), qu'il appelle au rejet et au bannissement du discours public des idées et des personnes qui osent s'écarter ou même qu'on soupçonne de penser à s'écarter du modèle sacro-saint – tout en limitant l'application de son propre dogme à sa personne aux “sincères excuses” qui devront mener à d'“importantes conversations” (i.e.: en fait, ce n'est pas moi le problème, c'est un problème social; je m'absous et je continue à condamner la société), démontrant ainsi en pleine lumière non seulement l'absurdité de sa position, mais également sa propre contradiction dans l'application sélective de ses visées: degré de pertinence et d'intérêt EXTRÊMEMENT ÉLEVÉ. 

En clair, cet événement est d'une insignifiance abyssale objectivement, mais le contexte et le discours politique dans lesquels il s'inscrit, par contre, non .» 

 

#BlackFace – Angles morts
Photo AFP

2- Le Parti libéral du Canada ET Justin Trudeau: arroseurs arrosés! 

Vous avez entendu «Grand angle», le segment éditorial du grand journal du midi à la radio de Radio-Canada? La chroniqueuse Lise Bissonnette a soulevé un point extrêmement important, le fait que Justin Trudeau périt ici par l’épée, car il a vécu par l’épée.  

Vous vous souvenez de la petite controverse autour du discours du chef Andrew Scheer sur le mariage gai? Le Parti libéral pensait avoir fait un grand coup en déterrant une allocution du chef conservateur datant de l’époque où il avait... 26 ans! Le scandale #Blackface a débuté par une image de Justin Trudeau à 29 ans... 

Aussi, on notera que, dans la valse des candidats à qui l’on demande de s’éclipser pour un commentaire Facebook déplacé fait il y a 10 ans ou encore un discours qui date d’aussi longtemps, on comprend aisément que Justin Trudeau fait preuve de pas mal plus d’indulgence pour lui-même qu’il n’en a démontré, par exemple, pour certains de ses propres aspirants candidats.  

Surtout, comme l’expliquait ce midi Lise Bissonnette, le coup est si dur pour les libéraux qu’ils auront du mal à contre-attaquer en usant de la même stratégie. Qui sait ce que les adversaires de Justin Trudeau savent sur son passé? 

 

3- Des adversaires comblés 

Aussi, comme l’a noté de manière convaincante la chroniqueuse de la CBC Robyn Urback, ce dernier scandale visant le chef libéral donne beaucoup de munitions à la campagne conservatrice, dont le slogan est: «Justin Trudeau n’est pas celui qu’il prétend être...» 

 

4 - Voudra-t-on sauver le «private Trudeau»? 

Mathieu Charlebois a souligné un angle mort incontestable de cette affaire. Oui, certains médias qui sont alliés de la défense de l’idéologie diversitaire si chère à Justin Trudeau seront pas mal moins enclins à la véhémence ici que si c’était, mettons, Maxime Bernier ou Yves-François Blanchet qui s’était fait pincer à «blackfacer»!  

En terminant, ce tweet du député Alexandre Boulerice est important dans les circonstances. En effet, quelques adversaires parlementaires du chef libéral ont fait remarquer que Justin Trudeau n’est pas du genre à faire preuve d’indulgence quand ce sont ses adversaires à lui qui gaffent. Bien au contraire. 

Résultat? Justin Trudeau connaît un début de campagne très, très difficile. Celui qui aimait bien se placer sur un piédestal moral pour faire la leçon aux autres est aujourd’hui pris à son propre piège.