/sports/hockey
Navigation

Ken Dryden s’attend à plus de Gary Bettman

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien gardien et ex-ministre Ken Dryden demande au commissaire de la Ligue nationale (LNH), Gary Bettman, d’en faire davantage pour la prévention et la sensibilisation relatives aux blessures à la tête au hockey.

Celui qui a notamment porté l’uniforme du Canadien de Montréal pendant la décennie 1970 et qui fut président des Maple Leafs de Toronto de 1997 à 2003 s’insurge quant aux problèmes de santé d’anciens joueurs. Il a notamment évoqué le cas de Stan Mikita, décédé l’année dernière. Vendredi, des chercheurs d’un centre spécialisé de Boston ont révélé qu’il souffrait d’encéphalopathie traumatique chronique (ETC).

«Stan Mikita. Un membre du Temple de la renommée. J’ai joué contre lui. Il a été l’un des premiers et peut-être la première vedette à porter un casque. Il est mort à 78 ans. Des gens meurent à 78 ans. Dans les dernières années de sa vie, il était atteint d’une forme de démence. Cela arrive. Vendredi, on a annoncé qu’il avait l’ETC. Il n’était pas un dur à cuire. Il a été le meilleur pointeur à quatre reprises», a énuméré Dryden dans le texte d’un discours à être livré jeudi à l’University Club de New York et dont le quotidien «Toronto Sun» a obtenu copie.

«Il y en aura un autre comme lui, puis un autre et un autre encore, qu’il soit du passé ou du présent. Et que dire de l’avenir?»

Triste et tragique

Au sujet de Bettman, Dryden a été pour le moins direct.

«Il est brillant. Il aime le hockey. Placé mieux que quiconque dans le milieu pour en savoir le plus, il devrait apprendre tout ce qu’il peut et faire les gestes appropriés. Au lieu de cela, il s’est servi de sa grande intelligence pour payer un avocat disant : "montrez-moi comment ce coup dans ce match peut mener à la perte de mémoire, l’ETC, la démence et la mort. Reliez tout cela et si vous ne pouvez pas, bien, il n’y a pas de causalité"», a-t-il précisé.

«Bettman n’a pas choisi d’en savoir le plus possible et s’est plutôt fait petit dans la pièce. [...] C’est triste, si ce n’est pas tragique. Triste parce que Gary Bettman a réalisé plusieurs bonnes choses pour la LNH. Triste car il a le pouvoir, l’autorité et la confiance pour faire ce qu’il faut. Triste puisque contrairement au football, ça n’en prendrait pas tant que cela pour rendre ce sport moins dommageable et tout aussi excitant à jouer et regarder. Tragique parce que trop de joueurs ayant beaucoup d’argent d’opportunités se sont retirés et ont eu une qualité de vie réduite.»

Ce n’est pas la première fois que Dryden interpelle le commissaire dans les médias. À la fin avril, il avait rédigé une lettre ouverte dans divers quotidiens anglophones du pays la veille d’une présentation de Bettman devant le Sous-comité sur les commotions cérébrales liées aux sports au Canada du gouvernement fédéral.