/elections
Navigation

La Ligue des Noirs du Québec défend Trudeau

CANADA-ELECTION/TRUDEAU
Photo Reuters Un homme tient une affiche alors que le premier ministre Justin Trudeau prononce un discours à Winnipeg, au Manitoba.

Coup d'oeil sur cet article

Des voix se sont élevées jeudi pour venir à la défense de Justin Trudeau, dont celle de la Ligue des Noirs du Québec, qui ne considère pas que les «blackface» du premier ministre soient un geste raciste.

• À lire aussi - Blackface: Maxime Bernier ne croit pas que Justin Trudeau soit raciste

• À lire aussi - Justin Trudeau: le Canada anglais outré

• À lire aussi - Controverse: «Je dois faire mieux», admet Trudeau

«C’est plutôt une gaffe, un acte innocent. Pour moi, il n’avait même pas besoin de faire des excuses», a indiqué en entrevue Dan Philip, président de l’organisation qui a pour mission de défendre les droits et les intérêts des membres de la communauté noire au Québec. 

Le premier ministre Justin Trudeau est dans l’embarras depuis que plusieurs images de lui avec le visage foncé, appelées «blackface», ont refait surface dans les médias.

M. Trudeau a depuis multiplié les excuses relativement à ces gestes qui sont perçus comme racistes par certains, alors que la campagne électorale bat son plein.  

«Nous ne devons pas regarder ce qui s’est passé il y a 20 ans, mais l’action de Trudeau et de son gouvernement pour l’intégration des gens dans la société», a cependant insisté le président de la Ligue des Noirs du Québec, qui dit n’avoir eu vent de personne dans la communauté qui a été offensée. 

Toujours selon lui, les adversaires de M. Trudeau qui le critiquent veulent avant tout profiter politiquement de la controverse.

Hypocrisie

«Ces gens nagent dans un bassin d’hypocrisie. Je trouve ça aberrant», a-t-il dit, refusant cependant de nommer des politiciens.

Une position qui a trouvé écho auprès de l’organisme Communication, Ouverture et Rapprochement interculturel (COR), qui considère également que M. Trudeau a simplement commis une «gaffe».

«À mon avis, les mentalités étaient bien différentes à propos de ce débat-là [à l’époque où M. Trudeau a commis ces gestes]», a indiqué Samira Laouni, présidente de l’organisme de rapprochement interculturel.

«Je ne pense pas que M. Trudeau ait fait ça pour stigmatiser une minorité ou la persécuter. L’intention est importante. Tout est dans l’intention», a-t-elle ajouté.

Règlement de compte

Elle considère également que la controverse tire son origine d’un «règlement de compte politique».

«Ce sont des couteaux qui volent trop bas, [mais] il faut se concentrer sur ce qui nous intéresse le plus, soit l’élimination des différentes discriminations», a souligné Mme Laouni.

Par ailleurs, le candidat libéral dans Hull-Aylmer Greg Fergus, qui est un membre de la communauté noire, s’est porté à la défense de son chef, hier.

«Il y a eu beaucoup de confusion et de douleur hier [mercredi] au sein de la communauté noire [mais] je vais vous dire ceci : je ne crois pas que personne n’ait jamais vécu sa vie sans faire d’erreurs», a-t-il indiqué, lors d’une mêlée de presse, à Ottawa 

«Le premier ministre a présenté ses excuses et a fait part de ses regrets. Je crois que ce dont nous devons réellement parler [...] c’est toutes les choses incroyables que nous avons faites pour la diversité», a-t-il ajouté.