/news/society
Navigation

Les employés de soutien de l’UQAM votent à 87% pour l’entente de principe

Les employés de soutien de l’UQAM votent à 87% pour l’entente de principe
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les employés de soutien de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont voté jeudi à 87% pour l’entente de principe conclue deux jours plus tôt relativement à leur nouveau contrat de travail.

Les 1800 membres du Syndicat des employées et employés de l’UQAM (SEUQAM), qui étaient en grève depuis le 3 septembre dernier, s’étaient donné un nouveau mandat de grève de 10 jours, la semaine dernière, pour continuer à mettre de la pression sur leur employeur.

Toutes ces journées de débrayage ont perturbé le début de session des étudiants de l’UQAM.

Selon le syndicat, «l’entente entérinée [jeudi] prévoit des augmentations salariales de 2% pour l’année 2018 et de 0,75% plus un montant forfaitaire de 1% pour 2019. Pour l’année 2020, les syndiqués obtiendront une augmentation de 1,25% ou la PSG, si celle-ci est supérieure à 1,25%. En ce qui concerne les années 2021 à 2023, l’augmentation prévue est de 1,5% ou la PSG», a-t-on précisé, par communiqué. La PSG est la politique salariale gouvernementale.

L’offre découlant de l’entente de principe a été présentée jeudi après-midi aux syndiqués, qui étaient réunis au Palais des congrès de Montréal.

«Les membres sont fiers de s’être mobilisés afin d’avoir des minimums d’augmentations salariales garantis et d’éviter d’être totalement dépendants de la PSG», a déclaré Louisa Cordeiro, présidente du SEUQAM.