/finance
Navigation

Les femmes moins présentes au CA

Coup d'oeil sur cet article

La proportion de femmes au conseil d’administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec vient de descendre à un creux qu’on n’avait pas vu depuis 2008.

À peine cinq des 14 membres du conseil de l’institution sont actuellement des femmes, soit une proportion de 35,7 %. C’était 38,5 % l’an dernier et 46,2 % de 2012 à 2014.

Québec vient de nommer un homme, Alain Côté de Deloitte, et une femme, Ravy Por de Desjardins, comme administrateurs indépendants de la Caisse de dépôt.

Départs hâtifs

M. Côté et Mme Por remplacent deux femmes qui n’ont pas terminé leurs mandats : Patricia Curadeau-Grou, une ancienne de la Banque Nationale qui est maintenant présidente du conseil de la Financière Fairstone, et Maryse Bertrand, une ancienne de Radio-Canada qui siège maintenant au conseil d’Investissements PSP.

Cet organisme gère les régimes de retraite des travailleurs fédéraux et se trouve en concurrence avec la Caisse de dépôt et placement du Québec, notamment dans le secteur névralgique des placements privés.

Selon des données du gouvernement portant sur les sociétés d’État, le conseil de la Caisse est celui où les femmes sont le moins présentes.

Gros investissement à Montréal

Par ailleurs, la Caisse de dépôt vient de prendre une grosse bouchée dans la région métropolitaine.

PIRET, une entreprise qui appartient au géant américain Blackstone et à Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse, a acheté 11 entrepôts et bâtiments logistiques qui appartenaient au régime de retraite ontarien HOOPP pour 249 millions de dollars.

Selon le site spécialisé RENX, il s’agit de l’une des plus importantes transactions d’immobilier industriel jamais réalisées à Montréal.