/24m
Navigation

Un Montréalais veut battre le record du monde de taï-chi

Samuel Michaud
Photo Agence QMI, GUILLAUME CYR Samuel Michaud

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après plus de trois mois de préparation et de longues heures de marche, le Montréalais Samuel Michaud entamera jeudi, au square Victoria, un périple spirituel de 36 heures pour tenter de battre le record Guinness de la plus longue session de taï-chi.

Dès le lever du soleil, à 7 h, le professeur de taï-chi, qui cumule plus de 15 ans d’expérience, sera en poste et bien éveillé pour commencer son défi.

Cet exploit nécessite non seulement une très grande force mentale, mais aussi physique, selon lui. Il appréhende la monotonie qu’il devra affronter; jusqu’à présent, il n’a jamais dépassé les six heures consécutives.

«[Je fais] cinq minutes de pause pour chaque heure de taï-chi, disposées comme bon me semble, a-t-il mentionné. En ce sens, j’ai appris à m’endormir extrêmement rapidement pour bénéficier lors de mes pauses d’un cours sommeil réparateur.»

Le record actuel, en cours d’homologation par l'équipe officielle des Guinness World Records, est de 30 h 15 et est détenu par le Néo-Zélandais David Thew.

Si le défi est réussi, l’homologation sera faite tout juste après le bris du record.

Pratique méconnue

Quelle définition Samuel Michaud donnerait-il du taï-chi? Un dérivé des arts martiaux?

«Le taï-chi est issu de la médecine chinoise. C'est une pratique énergétique et corporelle qui favorise la santé générale et le bon fonctionnement du système musculosquelettique. C'est très relaxant», a-t-il dit, sereinement.

La discipline du taï-chi n’est peut-être pas autant publicisée que le yoga, a-t-il ajouté, sourire en coin, mais plusieurs milliers de participants pratiquent cet art martial chinois, au Québec.

Il recense plus de 640 établissements, en Ontario et au Québec, qui suivent les différents courants du taï-chi.