/sports/hockey
Navigation

Au tour de Kinkaid de démontrer son savoir-faire

Coup d'oeil sur cet article

Keith Kinkaid obtiendra un premier départ depuis le début du calendrier préparatoire, alors que le Canadien rendra visite aux Sénateurs, samedi soir à Ottawa.

À moins d’une contre-performance monumentale ou d’une blessure, il verra de l’action pendant 60 minutes.

« Je veux aider l’équipe à poursuivre sa séquence de victoires. Je veux contribuer à bâtir une culture gagnante », a déclaré le gardien de 30 ans, faisant référence au dossier de 3-0 du CH.

Malgré une saison un peu plus difficile l’hiver dernier avec les Devils, l’Américain n’a pas tardé à trouver preneur une fois le marché des joueurs autonomes ouverts. Marc Bergevin, à la recherche d’une solution de rechange aux déboires d’Antti Niemi, lui a rapidement fait signe.

Bonne relation avec Waite

Question de bien rentabiliser l’investissement de 1,75 M$ de son directeur général, mais surtout d’offrir un soutien adéquat à Carey Price, Stéphane Waite s’est déjà mis au travail.

« On s’entend bien. On a déjà travaillé sur certains points, a indiqué Kinkaid. L’an dernier, certains trucs s’étaient glissés dans ma façon de garder les buts. C’était peut-être de mauvaises habitudes ou de la fatigue. »

Rien de technique, a tenu à préciser Kinkaid, dont le dossier montrait une fiche de 15-18-6, une moyenne de buts alloués de 3,36 et un taux d’efficacité de ,891 à sa dernière saison au New Jersey.

« Stéphane te laisse garder les buts à ta façon. Il ne fait que te fournir les outils. C’est à toi de les utiliser ou pas », a-t-il indiqué.

Il y a eu Brodeur

Kinkaid est conscient qu’il s’amène dans un marché qui a vu défiler quelques grands gardiens au fils des ans.

Une réalité qui ne l’effraie pas trop. De toute façon, comme le lui a fait remarquer l’auteur de ces lignes, il s’était amené au New Jersey tout juste après le départ de Martin Brodeur.

« On m’a toujours pas mal laissé être celui que je voulais être devant le filet. Je suis d’un moule peut-être un peu différent. Je n’ai peut-être pas un style papillon parfait, mais je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter la rondelle. »

C’est le principal.